Art. 1: « Le Grand Orient de Belgique, obédience masculine, maillon de la franc-maçonnerie universelle, demande à celui qui se présente à l’Initiation d’être honnête homme et d’être capable de comprendre et de propager les principes maçonniques. Il exige de ses membres, la sincérité des convictions, le désir de s’instruire et le dévouement. Il forme une société d’hommes probes et libres qui, liés par des sentiments de liberté, d’égalité et de fraternité, travaillent individuellement et en commun au progrès social, et exercent ainsi la bienveillance dans le sens le plus étendu ».

A sa création, le Grand Orient de Belgique est exclusivement masculin, ses loges n'initient que des hommes. Les loges peuvent cependant décider d'accueillir des sœurs selon des modalités propres à ces premières.

En septembre 2009, Bertrand Fondu, alors grand maître de l'obédience déclare, en référence à une commission d'étude interne sur la mixité que les travaux des loges seront pris en compte en ce qui concerne la création de loge mixte, masculine ou féminine. La réflexion juridique du Grand Collège du Grand Orient de Belgique se clôture un mois après. La conclusion parait dans la presse et annonce une position favorable à la mixité.

Le dimanche 16 février 2020, une assemblée générale extraordinaire historique composée de tous les représentants de l’obédience vote à la majorité de 70% la modification de ses statuts et règlements. Le GOB devient une confédération formée d’une fédération masculine, d’une fédération mixte et d’une fédération féminine.

« La pensée ne doit jamais se soumettre, ni à un dogme, ni à un parti, ni à une passion, ni à un intérêt, ni à une idée préconçue, ni à quoi que ce soit, si ce n'est aux faits eux-mêmes, parce que, pour elle, se soumettre, ce serait cesser d'être. » Henri Poincaré

« Que puis-je savoir ? - Que dois-je faire ? - Que m'est-il permis d'espérer ? » Emmanuel Kant

Saisir des mots clefs à rechercher

samedi 23 mai 2020

George Orwell le visionnaire - Coronavirus COVID-19 | 23 févr. 2020



POUR VOTRE SÉCURITÉ, VOUS N’AUREZ PLUS DE LIBERTÉ.

Peut-on sacrifier sa liberté pour atteindre une plus grande sécurité ? Ou est-ce que nous préférons les risques de la liberté plutôt que la sécurité de notre propre captivité ? La plus grande liberté que nous cherchons, vaut plus de sécurité, et plus de sécurité, vaut moins de liberté. La liberté et la sécurité demeurent ainsi une éternelle proposition auto-contradictoire.

George Orwell avait mis en garde contre les dangers de la manipulation du langage et du totalitarisme. Il y a 70 ans, l'écrivain britannique disparaissait.

L’œuvre de Georges Orwell, 1984, est considérée comme l'un des récits les plus étrangement visionnaires. Des drones qui surveillent des passants en Chine en pleine épidémie de coronavirus, ça se passe en 2020. Plus près de nous, il suffit de se rendre à la Défense à Paris pour être plongé dans un univers "orwellien". Des caméras de vidéo surveillance sont installées à chaque coin de rue reliées à des centres en sous-sol aux multiples écrans.

"Orwell est plus actuel aujourd'hui qu'en 1984"

Lorsque George Orwell décrit cet univers dans 1984, son roman le plus connu, la télévision n'existe pas encore. "Orwell est plus actuel aujourd'hui qu'en 1984, car quand on écrit de l'anticipation, c'est très difficile de prendre la mesure du temps que les évolutions sociétales vont prendre", explique Isabelle Jarry, écrivaine. L'auteur britannique est d'abord un journaliste qui s'est engagé pleinement dans son époque. Il tire de ses expériences des romans et des essais et surtout une satire du totalitarisme.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire