Art. 1: « Le Grand Orient de Belgique, obédience masculine, maillon de la franc-maçonnerie universelle, demande à celui qui se présente à l’Initiation d’être honnête homme et d’être capable de comprendre et de propager les principes maçonniques. Il exige de ses membres, la sincérité des convictions, le désir de s’instruire et le dévouement. Il forme une société d’hommes probes et libres qui, liés par des sentiments de liberté, d’égalité et de fraternité, travaillent individuellement et en commun au progrès social, et exercent ainsi la bienveillance dans le sens le plus étendu ».
« La pensée ne doit jamais se soumettre, ni à un dogme, ni à un parti, ni à une passion, ni à un intérêt, ni à une idée préconçue, ni à quoi que ce soit, si ce n'est aux faits eux-mêmes, parce que, pour elle, se soumettre, ce serait cesser d'être. » Henri Poincaré

Saisir des mots clefs à rechercher

jeudi 23 avril 2020

Virus, laboratoire : la Chine a-t-elle tout dit ? | #cdanslair 21.04.2020



Apparu en décembre dans la métropole chinoise de Wuhan, le Covid-19 a infecté depuis plus de deux millions de personnes à travers le monde.
Mais comment s’est-il propagé ? La Chine a-t-elle tout dit ?
Depuis quelques jours les relations entre Pékin et le reste du monde se sont refroidies. Le pouvoir chinois affirme avoir largement endigué l’épidémie mais, à l’étranger, de nombreuses voix expriment désormais des doutes sur les informations fournies par le régime de Xi Jinping.

Emmanuel Macron a ainsi estimé jeudi qu’il existait des zones d’ombre dans la gestion de l’épidémie par la Chine, déclarant au quotidien Financial Times "qu’il y avait manifestement des choses qui se sont passées qu’on ne sait pas". Le Royaume-Uni, par la voix de son ministre des Affaires étrangères, Dominic Raab, a averti Pékin qu’il devrait répondre à des "questions difficiles sur l’apparition du virus, et pourquoi il n’a pas été stoppé plus tôt".

L’administration américaine accuse de son côté le régime communiste d’avoir "dissimulé" la gravité de l’épidémie et lance des investigations. "Nous menons une enquête exhaustive sur tout ce que nous pouvons apprendre sur la façon dont ce virus s’est propagé", a déclaré mercredi dernier le chef de la diplomatie américaine Mike Pompeo sur la chaîne Fox News. Il était interrogé sur un article du Washington Post affirmant que l’ambassade des États-Unis à Pékin avait alerté le département d’État américain il y a deux ans sur les mesures de sécurité insuffisantes dans un laboratoire de Wuhan qui étudiait les coronavirus chez les chauves-souris.

Washington s’interroge sur l’origine du virus mais aussi sur le nombre de victimes dans l’Empire du Milieu. Un chiffre que la Chine, suspectée aussi d’avoir minimisé l’ampleur de l’épidémie chez elle, a revu à la hausse vendredi : 1200 décès supplémentaires à Wuhan, ce qui porte à plus de 4.600 le bilan des décès dans le pays le plus peuplé du monde.
Le pouvoir chinois a également démenti toute "dissimulation" et a appelé à l’unité internationale face au coronavirus. Sans vraiment convaincre.

Origine du virus, nombre de victimes, mécanismes de transmission mais aussi réalité de la situation actuelle dans le pays… Aujourd'hui, alors que la crise sanitaire est en devenue une bataille géopolitique, les interrogations sont nombreuses.
D'où vient le Covid-19 ? Que sait-on du laboratoire dit "P4" à Wuhan ?
Et quelle est la situation aujourd’hui en Chine ?
Le pays est-il en proie à une seconde vague de contamination ?

Invités :

- Pascal Boniface, directeur et fondateur de l'Institut de relations internationales et stratégiques (IRIS)
- Valérie Niquet, responsable du pôle Asie à la Fondation pour la Recherche Stratégique et auteure de "La puissance chinoise en 100 questions"
- Alain Bauer, professeur de criminologie-expert en gestion de crise

Aucun commentaire:

Publier un commentaire