Article 1er. - La F∴-M∴, institution initiatique et progressive, cosmopolite et progressiste, a pour objet la recherche de la vérité et le perfectionnement de l’humanité. Elle se fonde sur la liberté, la tolérance et le libre examen ; elle ne formule ou n’invoque aucun dogme. Le Trav∴ maçonn∴ s’effectue à couvert dans le T∴ par la méthode symb∴. Cette démarche laisse au Maç∴ la liberté d’interprétation des symboles. Le Gr∴ Or∴ de Belgique, maillon de la F∴-M∴ universelle, demande à qui se présente à l’Init∴ d’être honnête et d’être capable de comprendre et de propager les principes maçonn∴. Il exige de ses membres, la sincérité des convictions, le désir de s’instruire et le dévouement. Il forme une société d’individus probes et libres qui, liés par des sentiments de liberté, d’égalité et de fraternité, travaillent individuellement et en commun au progrès social, et exercent ainsi la bienfaisance dans le sens le plus étendu.

Saisir des mots clefs à rechercher

mercredi 15 avril 2020

Mark Kennedy, l'alter espion qui m'aimait | France culture 27/10/2016



Révélée début 2011, l’infiltration de ce policier londonien dans les cercles environnementaux anglais a mis au jour l’existence, depuis 1968, d’un vaste système de surveillance des milieux politiques britanniques… et européens.

Mark Kennedy
Une série d’Amaury Chardeau, réalisation Julie Beressi

De 2003 à 2010 il était de tous les combats : manifestant ici contre la construction d’un barrage, là contre l’agrandissement d’un aéroport, la nocivité d’une centrale à charbon ou la légitimité d’un sommet du G8 ou du G20… 

Serviable et enthousiaste, fan de punk au corps tatoué et aux cheveux longs, « Mark Stone » fréquentait autant les milieux environnementaux que les cercles anti-guerre, anarchistes ou les défenseurs de la cause animale.

Rob Evans : "Le grand public découvre une opération policière qui durait depuis 40 ans et dont on ne savait rien."

De son vrai nom Mark Kennedy, « Mark Stone » était en réalité un policier infiltré, membre d’une unité ultra-secrète de la Metropolitan Police, le NPOIU. Doté de moyens financiers considérables, il multiplia également les missions à l’étranger, croisant notamment à partir de 2008 les membres du groupe de Tarnac, quelques mois avant l’arrestation de ces derniers.

Rob Evans : "La condition de base d'une bonne infiltration, c'est d'avoir une bonne légende mais on conserve toujours son prénom pour toujours réagir à son prénom."

Outre-Manche où ce documentaire nous mène, la révélation début 2011 de sa trahison a provoqué une onde de choc. Au-delà du dégoût exprimé par ses anciens compagnons de lutte, l’opinion publique s’indigne du choix des groupes surveillés et des méthodes employées par ces officers (manipulations, relations affectives et sexuelles entretenues des années durant avec des cibles, et surtout incitations à commettre des actes délictuels). D’autant que dans la foulée de l’outing de Mark Kennedy, d’autres policiers infiltrés sont démasqués…

Merrick : "Les infiltrés racontent tous la même chose de leur passé. Dire qu’on a eu une enfance difficile permet de limiter les questions et de laisser croire qu’ils vous font confiance."

Avec Merrick, ancien compagnon de lutte de Mark Stone ; Donal O’Driscoll, membre de l’Undercover Research Group ; Rob Evans, journaliste au Guardian et auteur du livre Undercover ; Mathieu Burnel, mis en examen dans l’affaire de Tarnac ; Kate Wilson, ancienne compagne de Stone ; Bernard Squarcini, ancien patron de la DCRI (2008-2012)

Avec les voix françaises de Phil Bouvard, Félicien Juttner, Olivier Augrond et Jérome Sandlarz

L’archive de Mark Kennedy est tirée de l’émission de Victoria Derbyshire “Speaking to the BBC’s”, diffusée le 15 juin 2011 sur BBC Radio 5 live.

Mixage : Alain Joubert

Liens
Undercover Research Group

Aucun commentaire:

Publier un commentaire