Art. 1: « Le Grand Orient de Belgique, obédience masculine, maillon de la franc-maçonnerie universelle, demande à celui qui se présente à l’Initiation d’être honnête homme et d’être capable de comprendre et de propager les principes maçonniques. Il exige de ses membres, la sincérité des convictions, le désir de s’instruire et le dévouement. Il forme une société d’hommes probes et libres qui, liés par des sentiments de liberté, d’égalité et de fraternité, travaillent individuellement et en commun au progrès social, et exercent ainsi la bienveillance dans le sens le plus étendu ».
« La pensée ne doit jamais se soumettre, ni à un dogme, ni à un parti, ni à une passion, ni à un intérêt, ni à une idée préconçue, ni à quoi que ce soit, si ce n'est aux faits eux-mêmes, parce que, pour elle, se soumettre, ce serait cesser d'être. » Henri Poincaré

Saisir des mots clefs à rechercher

vendredi 10 avril 2020

Maria Callas (1923-1977) : par-delà la légende | France culture 26/08/2017



Les dieux sont muets, les anges chantent. Aucune créature, aucun être de chair et de sang n'a chanté comme Maria Callas...

Portrait de Maria Callas, durant l'enregistrement de
l'émission "Small World", avec Edward R. Murrow,
 en décembre 1958
C'étaient les dieux, l'instinct primordial, les forces telluriques de l'univers qui s'exprimaient par sa voix. La voix impure. Magicienne, prêtresse, messagère, Maria Callas sut mieux que quiconque se faire un nom - Callas à la Scala - et elle, l’Étrangère, composa l'une des grandes mythologies du XXème siècle.

A l'image des divas romantiques, elle aura incarné au-delà du cercle des initiés, l'Opéra avec son cortège de fastes et de scandales. En coulisse, la renaissance de tout un répertoire : le bel canto romantique. On se prit à rêver de Malibran, Pasta, Colbran… Callas ou le chant-théâtre, jusqu'à se consumer.

Une voix-monde protéiforme. Une idéalisation de la douleur et de la féminité dans ce qu'elle a de plus chaste à la fois. "Prima donna assoluta".

À ÉCOUTER AUSSI >>>
Réécouter Maria Callas, 1977 : dernier acte

Duel féroce entre la Diva et le public. Thuriféraires et contempteurs s'empoignèrent alors que l'opéra semblait mort. A la clé, une révolution du chant, inéluctable, l'académisme brisé, les routines bousculées, il y a un "avant" et un "après" Callas. Des pirates apparurent comme s'il s'était agi d'une pop star. Saisir l'incandescence de la comète avant qu'il ne soit trop tard. La photographie fut pléthorique, la gloire cathodique quasi muette.

Nombreux furent les cinéastes à faire des propositions de tournage : Losey, Visconti, Bolognini… Seul Pasolini comprit. Elle était Médée. Le musée Callas s'édifia grâce au vinyle. Un travail incessant. Toute l'ascension exemplaire de Callas n'a été que la pratique d'une vertu : l'intégrité.

Le mythe se construisit à la faveur de l'essor de l'industrie du disque. Au carrefour de luttes homériques entre les grandes firmes internationales, la voix s'éleva…

Extraits de La Traviata (Bande archive Radio Lisbonne, extrait, scène de la lettre) / Giuseppe Verdi / Maria Callas.

Lectures : Elisabeth Macocco et Anne Alvaro.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire