Depuis sa création en 1833, le Grand Orient de Belgique défend la franc-maçonnerie dans sa dimension « adogmatique et progressiste ». Elle ne peut donc être assimilée à une église ou tout autre structure proposant une pensée unique. Elle n’est pas plus un parti politique ou une organisation syndicale. Bien qu’ancrée dans le monde réel, elle n’est pas pour autant un centre laïque. Elle est fondamentalement attachée à la liberté d’opinion, la liberté de conscience et réfractaire à toute instrumentalisation ou contraintes extérieures.

Saisir des mots clefs à rechercher

vendredi 23 juillet 2021

∆∆∆ Avoir raison avec... Francis Fukuyama | France culture 25/08/2019

Isabelle Lasserre nous apprend à avoir raison avec... Francis Fukuyama. Le politique américain publie en 1992 un essai annonçant "la fin de l'histoire". Comprenez : la victoire de l'idéologie libérale capitaliste sur les autres idéologies politiques. Une thèse beaucoup critiquée depuis...

Francis Fukuyama en 2019
Avec l’ancien ministre des Affaires étrangères Hubert Védrine et Nicole Gnesotto, titulaire de la chaire "Union européenne" au CNAM, le Conservatoire National des Arts et Métiers.

En 1992, le politologue américain Francis Fukuyama, professeur à l’université de Stanford, publie La fin de l’histoire et le dernier homme, un essai retentissant dans lequel il affirme que la progression de l’histoire humaine, envisagée comme un combat entre les idéologies, touche à sa fin avec le consensus sur la démocratie libérale. 

Le mur de Berlin est tombé, l’URSS communiste s’est effondrée, libérant soudain un espace qui était sous le joug totalitaire. L’euphorie qui s’empare à l’époque des relations internationales convainc Fukuyama de la victoire définitive de la démocratie libérale dans le monde.

>>> 1989-2019 : l’histoire continue. Entretien exceptionnel avec Francis Fukuyama

Dans un livre paru en 1996, Le Choc des civilisations, qui fera lui aussi grand bruit, l’universitaire américain Samuel Huntington lui donne la contradiction. Avec le 11 septembre 2001, les printemps arabes, le retour de la guerre et les attentats terroristes, l’histoire semble lui avoir donné raison.

Francis Fukuyama ou l'ironie de l'histoire

Francis Fukuyama s’est-il trompé ? A-t-il à tort annoncé l’avènement d’un monde pacifié ? Ou bien a-t-il été mal lu, mal interprété, victime, en quelque sorte, du titre réducteur et écrasant de son livre ? Et s’il avait finalement raison, si la démocratie, en témoignent les révoltes démocratiques nouvelles à Hong Kong ou en Algérie, ne pouvait que gagner à long terme, face au fondamentalisme musulman ou aux régimes ultra autoritaires ?

1ère partie : La victoire de Samuel Huntington contre Francis Fukuyama
2ème partie : La revanche de Fukuyama


"L'Europe est "fukuyamesque", et les européens ont été "fukuyamesques" avant Fukuyama, longtemps avant, parce qu'ils ont cru longtemps avant au dépassement de l'histoire, au dépassement des identités, au dépassement des rapport de force." Hubert Védrine

"Son premier article date de l'été 1989, le mur de Berlin n'est pas encore tombé, l'Union Soviétique existe toujours. Or, qu'il ait raison ou tort, il a quand même fait un travail d'anticipation prospectif assez extraordinaire. Je suis frappé à l'époque par la créativité de la réflexion américaine." Nicole Gnesotto

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire