Art. 1: « Le Grand Orient de Belgique, obédience masculine, maillon de la franc-maçonnerie universelle, demande à celui qui se présente à l’Initiation d’être honnête homme et d’être capable de comprendre et de propager les principes maçonniques. Il exige de ses membres, la sincérité des convictions, le désir de s’instruire et le dévouement. Il forme une société d’hommes probes et libres qui, liés par des sentiments de liberté, d’égalité et de fraternité, travaillent individuellement et en commun au progrès social, et exercent ainsi la bienveillance dans le sens le plus étendu ».
« La pensée ne doit jamais se soumettre, ni à un dogme, ni à un parti, ni à une passion, ni à un intérêt, ni à une idée préconçue, ni à quoi que ce soit, si ce n'est aux faits eux-mêmes, parce que, pour elle, se soumettre, ce serait cesser d'être. » Henri Poincaré

Saisir des mots clefs à rechercher

mercredi 11 mars 2020

Qui raconte qui ? | France culture 26/10/2017



La figure de Proust hante le discours sur son œuvre, et l'esprit de ses lecteurs. L'auteur est présent dans ses romans, mais aussi à côté de ceux-ci, comme dédoublé dans les paratextes. Et il reste présent dans la mémoire de ses lecteurs, surtout lorsque ceux-ci deviennent écrivains à leur tour.

Le Jardin de Vaucresson (1920, retravaillé en 1926,
1935, 1936), exposé au Metropolitan Museum
of Art à New York. Certaines scènes écrites
par Proust évoquent les tableaux de Vuillard.
Marcel Proust a entrepris de faire lui-même la critique de son œuvre, dans L'Esthétique de Marcel Proust. Il y est notamment question de savoir qui écrit l'oeuvre. Selon Proust, le "je" n'est pas "moi", comme il l'avait déjà expliqué dans son Contre Sainte-Beuve : 

"Un livre est le produit d'un autre moi que celui que nous manifestons dans nos habitudes, dans la société, dans nos vices."

Pour l'écrivain Michel Schneider, la réponse n'est en réalité pas si simple que ça :

"Qui est écrit dans La Recherche ? On peut dire que c'est évidemment l'autre. Mais il y a quand même quelque chose de Proust dans le narrateur."

Il est en revanche plus catégorique sur la réponse à la question de savoir pour qui on écrit :

"Là-dessus, Proust est toujours très clair. Il écrit pour l'autre, il écrit pour être lu. Une œuvre longue, et pour plusieurs : il vise la longue durée, la postérité. Il écrit pour un public imaginaire, nombreux, dans un futur où il ne sera plus sur Terre." 

Cette émission donne également la parole à Pierre-Yves Leprince. Il nous dit son bonheur à lire "La Recherche", qui l'a conduit à écrire lui-même deux romans :

"Je pense que c'est le bonheur d'avoir lu quelque chose qui nous a fait plaisir qui entraîne au désir d'écrire."

"La Recherche est une enquête sur la vie, sur tout, sur la signification du monde autour de nous, sur ce qui nous émeut, sur ce qui nous indiffère, sur les personnes, sur nous-mêmes."

Par Matthieu Garrigou-Lagrange. Réalisé par Laurence Millet. 

Avec :

Michel Schneider (écrivain, musicologue, psychanalyste ; auteur notamment de L'auteur, l'autre (Proust et son double))
Pierre-Yves Leprince (scénographe, peintre, écrivain ; auteur notamment des Enquêtes de Monsieur Proust et des Nouvelles enquêtes de Monsieur Proust)

Extraits audio :

Marguerite Duras sur la lecture de Proust
Jean Cocteau qui raconte ses visites à Marcel Proust
Roland Barthes sur les leçons qu'il tire de l'écriture de Proust

Aucun commentaire:

Publier un commentaire