Art. 1: « Le Grand Orient de Belgique, obédience masculine, maillon de la franc-maçonnerie universelle, demande à celui qui se présente à l’Initiation d’être honnête homme et d’être capable de comprendre et de propager les principes maçonniques. Il exige de ses membres, la sincérité des convictions, le désir de s’instruire et le dévouement. Il forme une société d’hommes probes et libres qui, liés par des sentiments de liberté, d’égalité et de fraternité, travaillent individuellement et en commun au progrès social, et exercent ainsi la bienveillance dans le sens le plus étendu ».
« La pensée ne doit jamais se soumettre, ni à un dogme, ni à un parti, ni à une passion, ni à un intérêt, ni à une idée préconçue, ni à quoi que ce soit, si ce n'est aux faits eux-mêmes, parce que, pour elle, se soumettre, ce serait cesser d'être. » Henri Poincaré

« Mal nommer les choses c'est ajouter au malheur du monde. » Albert Camus

Saisir des mots clefs à rechercher

mardi 24 mars 2020

∆∆∆ "Herd Immunity" is Epidemiological Neoliberalism, by ISABELFREY | march 19, 2020 ( avec Google Traduction )

While most European countries are preparing for lock-downs to stop the spread of the coronavirus, a few countries are opting for a different strategy: herd immunity.

Instead of testing as many people as possible and implementing measures to increase social distancing, they want to purposefully let the virus spread among people who are at low risk, so that a large part of the population becomes immune. This approach was first proposed by UK’s prime minister Boris Johnson, who refused to implement social distancing measures until a few days ago. While the UK has officially distanced itself from this strategy, the Netherlands and Sweden continue to hold on to this approach, despite harsh criticism by the WHO.

These countries argue that building herd immunity is the only long-term strategy for dealing with the virus, since the epidemic can no longer be contained and could always resurge again. Instead of putting the entire country under lockdown, only at-risk populations should be put into quarantine while the epidemic keeps spreading. However, countless epidemiologists and virologists have criticized the strategy for being risky, unscientific and likely to result in a high death toll. A recently published report by the Imperial College London, which led to the change in UK government policy, estimated the strategy to result in 250,000 deaths in the UK. Since it is not possible to effectively isolate at-risk populations, especially when the virus keeps spreading, the health care system is likely to become overwhelmed and at risk of completely collapsing.

Epidemiological Neoliberalism

Why would a country like the UK even consider such a risky strategy, and why are other countries still following this approach? The reason is neoliberalism. Since the 1980s, we have been governed by the political paradigm of neoliberalism, which has replaced state-led social policy with privatization and deregulation of the market. Its belief in the inherent justice of the market has led to a political rationale, which literally puts profit before people. And it has colonized peoples’ minds by making them believe it is their fault if they are poor, precarious or unemployed.

The irony of neoliberalism is that it creates the illusion of social mobility, while reinforcing and even deepening social inequality. It assumes that if anyone can “make it” in a free market, it must be peoples’ own fault if they are poor. But this belief is not only wrong, it is also violent. Neoliberalism has resulted in the rich getting richer, and the poor suffering more from disenfranchisement, precariousness and dependency. What might seem like laissez-faire policy, is a refined and complex system of automated structural violence against the weak, which also shatters any possibilities of resistance.

Herd immunity is epidemiological neoliberalism. 

Much like the unconditional belief in the free market, herd immunity relies on the assumption that an epidemic is best overcome by leaving it unregulated. But just like neoliberalism, it results in violence against the weak and the poor: elderly and disabled people, homeless people, refugees and people with severe health conditions – many of whom are likely to also have a lower socio-economic status because of the correlation between poverty and illness. These are the people, who are at the highest risk of dying from COVID-19 – especially if the healthcare system is overwhelmed and doctors have to perform triage.

Crumbling Welfare States

It is no coincidence that it was the UK and the Netherlands, two of the most neoliberal countries in Europe, which advocated for this approach. These countries have spent the past decades implementing policies that privilege economic over social interests, and systematically defunded healthcare, education and housing. Opting against economically-harmful lockdown measures fits perfectly into their political rationale. Sweden, however, is a more puzzling case: it is a country which is internationally acclaimed for its good social policy and generous welfare state. But even an archetypical social democracy like Sweden has not been immune to neoliberal policy. Like most European countries, its welfare state has systematically been dismantled in the past decades.

The biggest challenge of the corona-epidemic is “flattening the curve”, so that the capacities for critical and intensive care are not overwhelmed. But these three countries already have such low capacities for critical care, that they wouldn’t suffice even with strict lockdown measures. The UK and the Netherlands only have about half the capacity of Italy of critical care beds per capita. And Sweden, the supposedly best welfare state in Europe, has even less than half.

Numbers of critical care beds
corrected for size of population
(per 100,000 inhabitants)
 for European countries  
https://www.researchgate.net/figure/Numbers-of-critical-care-beds-corrected-for-size-of-population-per-100-000-inhabitants_fig1_229013572

If these countries wanted to prevent their capacities from being overwhelmed, they would have had to act a long time ago. But that ship has already sailed. Enforcing strict lockdown measures would not only put the economy under strain, but would also expose the crumbling health system from decades of neoliberal policy. Opting for herd immunity allows governments to blame the failure of the health system on the virus, rather than on bad governance. Just like individual poor people can be blamed for not trying hard enough, individual sick people can be blamed for not following quarantine measures. It doesn’t matter whether its nature, fate, or one’s own fault – as long as it’s not the government which is held accountable for peoples’ deaths.

Herd immunity is not just bad science or bad policy. It is biological warfare. 

Many people will die because of it, and governments won’t take responsibility for it. But this strategy did not appear from nowhere. It is a logical continuation of the political rationale that has governed the world for the past decades, taken to an extreme as a laissez-faire social darwinism. Because people who trust in an unregulated market will also trust in an unregulated epidemic – even if it kills.

Google Traduction

Alors que la plupart des pays européens se préparent à des blocages pour stopper la propagation du coronavirus, quelques pays optent pour une stratégie différente: l'immunité collective.


Au lieu de tester autant de personnes que possible et de mettre en œuvre des mesures pour accroître la distance sociale, ils veulent laisser délibérément le virus se propager parmi les personnes à faible risque, de sorte qu'une grande partie de la population devienne immunisée. Cette approche a été proposée pour la première fois par le Premier ministre britannique Boris Johnson, qui a refusé de mettre en œuvre des mesures de distanciation sociale jusqu'à il y a quelques jours. Alors que le Royaume-Uni s'est officiellement éloigné de cette stratégie, les Pays-Bas et la Suède continuent de conserver cette approche, malgré les critiques sévères de l'OMS.


Ces pays font valoir que le renforcement de l'immunité collective est la seule stratégie à long terme pour lutter contre le virus, car l'épidémie ne peut plus être contenue et pourrait toujours resurgir. Au lieu de mettre l'ensemble du pays sous contrôle, seules les populations à risque devraient être mises en quarantaine pendant que l'épidémie continue de se propager. Cependant, d'innombrables épidémiologistes et virologues ont critiqué la stratégie pour être risquée, non scientifique et susceptible d'entraîner un nombre élevé de morts. Un rapport récemment publié par l'Imperial College de Londres, qui a conduit au changement de politique du gouvernement britannique, a estimé que la stratégie entraînerait 250 000 décès au Royaume-Uni. Puisqu'il n'est pas possible d'isoler efficacement les populations à risque, en particulier lorsque le virus continue de se propager, le système de santé risque d'être submergé et risque de s'effondrer complètement.


Néolibéralisme épidémiologique


Pourquoi un pays comme le Royaume-Uni envisagerait-il même une stratégie aussi risquée et pourquoi d'autres pays suivent-ils toujours cette approche? La raison en est le néolibéralisme. Depuis les années 80, nous sommes régis par le paradigme politique du néolibéralisme, qui a remplacé la politique sociale dirigée par l'État par la privatisation et la déréglementation du marché. Sa croyance en la justice inhérente au marché a conduit à une logique politique, qui met littéralement le profit avant les gens. Et il a colonisé l’esprit des gens en leur faisant croire que c’est de leur faute s’ils sont pauvres, précaires ou au chômage.


L'ironie du néolibéralisme est qu'il crée l'illusion de la mobilité sociale, tout en renforçant et même en creusant les inégalités sociales. Cela suppose que si quelqu'un peut «réussir» sur un marché libre, ce doit être la faute des peuples s’ils sont pauvres. Mais cette croyance n'est pas seulement fausse, elle est aussi violente. Le néolibéralisme a conduit les riches à s'enrichir et les pauvres à souffrir davantage de privation de leurs droits, de précarité et de dépendance. Ce qui peut sembler une politique de laissez-faire, est un système raffiné et complexe de violence structurelle automatisée contre les faibles, qui brise également toutes les possibilités de résistance.


L'immunité collective est le néolibéralisme épidémiologique.


Tout comme la croyance inconditionnelle au marché libre, l'immunité collective repose sur l'hypothèse qu'il est préférable de vaincre une épidémie en la laissant non réglementée. Mais tout comme le néolibéralisme, il se traduit par des violences contre les faibles et les pauvres: personnes âgées et handicapées, sans-abri, réfugiés et personnes souffrant de graves problèmes de santé - dont beaucoup sont également susceptibles d'avoir un statut socio-économique inférieur en raison de la corrélation entre pauvreté et maladie. Ce sont ces personnes qui courent le plus grand risque de mourir du COVID-19 - en particulier si le système de santé est débordé et que les médecins doivent effectuer un triage.


États-providence en ruine


Ce n'est pas un hasard si ce sont le Royaume-Uni et les Pays-Bas, deux des pays les plus néolibéraux d'Europe, qui ont plaidé pour cette approche. Ces pays ont passé les dernières décennies à mettre en œuvre des politiques qui privilégient les intérêts économiques aux intérêts sociaux et ont systématiquement financé les soins de santé, l'éducation et le logement. Opter contre des mesures de verrouillage économiquement préjudiciables s'inscrit parfaitement dans leur logique politique. La Suède, cependant, est un cas plus déroutant: c'est un pays internationalement reconnu pour sa bonne politique sociale et son généreux État providence. Mais même une social-démocratie archétypale comme la Suède n'a pas échappé à la politique néolibérale. Comme la plupart des pays européens, son État providence a été systématiquement démantelé au cours des dernières décennies.


Le plus grand défi de l'épidémie corona est «d'aplanir la courbe», afin que les capacités de soins intensifs et critiques ne soient pas dépassées. Mais ces trois pays ont déjà des capacités de soins intensifs si faibles qu’elles ne suffiraient pas, même avec des mesures de verrouillage strictes. Le Royaume-Uni et les Pays-Bas n'ont que la moitié de la capacité de l'Italie en lits de soins intensifs par habitant. Et la Suède, soi-disant meilleur État providence d'Europe, en a même moins de la moitié.


Si ces pays voulaient éviter que leurs capacités ne soient dépassées, ils auraient dû agir depuis longtemps. Mais ce navire a déjà navigué. L'application de mesures de verrouillage strictes mettrait non seulement l'économie sous tension, mais exposerait également le système de santé en ruine après des décennies de politique néolibérale. Le choix de l'immunité collective permet aux gouvernements de rejeter la faute du système de santé sur le virus plutôt que sur la mauvaise gouvernance. Tout comme les pauvres individuels peuvent être blâmés de ne pas avoir fait assez d'efforts, les malades individuels peuvent être blâmés de ne pas suivre les mesures de quarantaine. Peu importe que ce soit sa nature, son destin ou sa propre faute - tant que ce n'est pas le gouvernement qui est tenu responsable de la mort des gens.

L'immunité collective n'est pas seulement une mauvaise science ou une mauvaise politique. C'est une guerre biologique.


Beaucoup de gens mourront à cause de cela, et les gouvernements n'en assumeront pas la responsabilité. Mais cette stratégie n'est pas apparue de nulle part. C'est une continuation logique de la logique politique qui a gouverné le monde au cours des dernières décennies, poussée à l'extrême comme un darwinisme social de laisser-faire. Parce que les personnes qui font confiance à un marché non réglementé feront également confiance à une épidémie non réglementée - même si elle tue. ]

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire