Art. 1: « Le Grand Orient de Belgique, obédience masculine, maillon de la franc-maçonnerie universelle, demande à celui qui se présente à l’Initiation d’être honnête homme et d’être capable de comprendre et de propager les principes maçonniques. Il exige de ses membres, la sincérité des convictions, le désir de s’instruire et le dévouement. Il forme une société d’hommes probes et libres qui, liés par des sentiments de liberté, d’égalité et de fraternité, travaillent individuellement et en commun au progrès social, et exercent ainsi la bienveillance dans le sens le plus étendu ».
« La pensée ne doit jamais se soumettre, ni à un dogme, ni à un parti, ni à une passion, ni à un intérêt, ni à une idée préconçue, ni à quoi que ce soit, si ce n'est aux faits eux-mêmes, parce que, pour elle, se soumettre, ce serait cesser d'être. » Henri Poincaré

Saisir des mots clefs à rechercher

vendredi 13 mars 2020

Elections à hauts risques : Amérique latine : la gauche dans la tourmente électorale | France culture 21/05/2018



En Amérique latine, l'année 2018 sera riche en élections : six pays ont élu ou éliront leur président cette année. Dans ce contexte, les gauches latino-américaine qui avaient connu un véritable âge d’or ces dix dernières années semblent perdre du terrain. Alors, où va l’Amérique latine ?

Nicolas Maduro a été réélu hier malgré un régime
 rendu exsangue par la grave crise économique
que traverse le pays.
Alors que les années 2000 avaient vu les gauches latines se renforcer en Amérique latine, avec les arrivées de Hugo Chavez au Venezuela, Evo Morales en Bolivie, Lula au Brésil, Rafael Correa en Equateurs, Pepe Mujica en Uruguay. Elles semblent désormais de plus en plus fragilisées. 

Après l’élection de l’argentin Mauricio Macri en 2015, la destitution de la brésilienne Dilma Roussef en 2016 et la victoire en 2017 de Sébastian Pinera au Chili ; plus d’une décennie plus tard, la tendance semble s’inverser et les gauches sont bel et bien dans la tourmente.

Alors, où va l’Amérique latine ? Peut-on parler d’un glissement à droite dans la région ? Ou est-ce que le signe que, là-bas aussi, le clivage gauche-droite n’est plus pertinent ?

Nous allons revenir sur l’élection au Venezuela où Nicolas Maduro vient d’être largement réélu hier  67,7 % des voix pour une abstention record dépassant les 53%.

Puis nous nous pencherons sur le cas du Brésil qui élira son président en octobre, entre une gauche échaudée par la destitution de son ancienne présidente et l’incarcération de son idole – Lula - ; et une droite prête à jouer son vatout pour enrayer définitivement le cycle de victoires politiques, d’une gauche au pouvoir depuis déjà 15 ans.

Puis nous finirons par évoquer la Colombie qui se choisira un nouveau président à la fin du mois.

Une émission préparée par Samuel Bernard.

Olivier Dabène
Professeur des Universités en science politique à Sciences-Po Paris, président de l'Observatoire politique de l'Amérique latine et des Caraïbes

Christophe Ventura
Directeur de recherches à l'Iris

Erica Guevara
docteure en science politique (CERI/Sciences po) et Maître de conférences à l’UFR Culture et Communication de l’Université Paris 8 - Vincennes Saint-Denis.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire