Article 1er. - La F∴-M∴, institution initiatique et progressive, cosmopolite et progressiste, a pour objet la recherche de la vérité et le perfectionnement de l’humanité. Elle se fonde sur la liberté, la tolérance et le libre examen ; elle ne formule ou n’invoque aucun dogme.
Le Trav∴ maçonn∴ s’effectue à couvert dans le T∴ par la méthode symb∴. Cette démarche laisse au Maç∴ la liberté d’interprétation des symboles.
Le Gr∴ Or∴ de Belgique, maillon de la F∴-M∴ universelle, demande à qui se présente à l’Init∴ d’être honnête et d’être capable de comprendre et de propager les principes maçonn∴.
Il exige de ses membres, la sincérité des convictions, le désir de s’instruire et le dévouement.
Il forme une société d’individus probes et libres qui, liés par des sentiments de liberté, d’égalité et de fraternité, travaillent individuellement et en commun au progrès social, et exercent ainsi la bienfaisance dans le sens le plus étendu.

Art∴ 3. - § 1. Le Gr∴ Or∴ de Belgique rassemble en son sein des Maçons réunis en LL∴ souveraines, qui se sont placées sous son Obéd∴ et lui ont confié les pouvoirs de la Maçonnerie symb∴.. Les LL∴ se regroupent en Fédérations de LL∴, soit masculine, soit féminine, soit mixte.
Selon leur appartenance à telle ou telle Fédération, celles-ci initient et affilient soit des individus d’un même sexe, soit de sexes différents.

« La pensée ne doit jamais se soumettre, ni à un dogme, ni à un parti, ni à une passion, ni à un intérêt, ni à une idée préconçue, ni à quoi que ce soit, si ce n'est aux faits eux-mêmes, parce que, pour elle, se soumettre, ce serait cesser d'être. » Henri Poincaré
« Agis de telle sorte que tu traites l’humanité, aussi bien dans ta personne que dans la personne de tout autre, toujours en même temps comme une fin jamais simplement comme un moyen. » Emmanuel Kant
« Je crois au Dieu de Spinoza, qui se révèle dans l’ordre harmonieux de ce qui existe, et non en un dieu qui se préoccupe du sort et des actions des êtres humains. » Einstein
« La Démocratie, c'est la grande Patrie. » Victor Hugo

« Je suis pessimiste par l'intelligence mais optimiste par la volonté. » Antonio Gramsci

Saisir des mots clefs à rechercher

jeudi 22 octobre 2020

∆∆∆ S’adapter : le nouvel horizon du libéralisme ? | France culture 21/02/2019



Walter Lippmann dans son bureau
Dans ce monde néolibéral où nous serions toujours en retard, il faudrait "s'adapter"... 

Analyse d'un courant de pensée né de la société industrielle, avec Barbara Stiegler, auteure de "Il faut s'adapter". "Sur un nouvel impératif politique" (Gallimard, 2019).


"Il faut s'adapter", "nous sommes en retard"... autant d'expressions rebattues dans nos sociétés mondialisées, et dont l'origine remonte déjà à la révolution industrielle. 

Car, du point de vue néolibéral, forme de libéralisme qui privilégie une forme d’intervention étatique, l'espèce humaine devrait apprendre à vivre dans un nouvel environnement, s'adapter à cette "grande révolution" par des politiques de santé et d'éducation, lesquelles seraient menées par des experts distants du peuple "masse".

"La démocratie devient une technique politique de fabrication du consentement des masses." Barbara Stiegler

On en parle avec la philosophe Barbara Stiegler, professeure à l’université de Bordeaux, membre de l'Institut universitaire de France, ses recherches portent notamment sur l’histoire des libéralismes et de la démocratie. Elle publie "Il faut s'adapter". Sur un nouvel impératif politique (Gallimard, 2019), essai sur un nouvel impératif politique. Une généalogie du néolibéralisme qui remonte aux années 1920, à l’écriture d’un grand récit qui semble encore influencer les esprits et guider l’action publique.

"Il  y a une lutte contre les inégalités, le but étant de dégager des inégalités naturelles [...] pour que le meilleur gagne." Barbara Stiegler

Aucun commentaire:

Publier un commentaire