Art. 1: « Le Grand Orient de Belgique, obédience masculine, maillon de la franc-maçonnerie universelle, demande à celui qui se présente à l’Initiation d’être honnête homme et d’être capable de comprendre et de propager les principes maçonniques. Il exige de ses membres, la sincérité des convictions, le désir de s’instruire et le dévouement. Il forme une société d’hommes probes et libres qui, liés par des sentiments de liberté, d’égalité et de fraternité, travaillent individuellement et en commun au progrès social, et exercent ainsi la bienveillance dans le sens le plus étendu ».

A sa création, le Grand Orient de Belgique est exclusivement masculin, ses loges n'initient que des hommes. Les loges peuvent cependant décider d'accueillir des sœurs selon des modalités propres à ces premières.

En septembre 2009, Bertrand Fondu, alors grand maître de l'obédience déclare, en référence à une commission d'étude interne sur la mixité que les travaux des loges seront pris en compte en ce qui concerne la création de loge mixte, masculine ou féminine. La réflexion juridique du Grand Collège du Grand Orient de Belgique se clôture un mois après. La conclusion parait dans la presse et annonce une position favorable à la mixité.

Le dimanche 16 février 2020, une assemblée générale extraordinaire historique composée de tous les représentants de l’obédience vote à la majorité de 70% la modification de ses statuts et règlements. Le GOB devient une confédération formée d’une fédération masculine, d’une fédération mixte et d’une fédération féminine.

« La pensée ne doit jamais se soumettre, ni à un dogme, ni à un parti, ni à une passion, ni à un intérêt, ni à une idée préconçue, ni à quoi que ce soit, si ce n'est aux faits eux-mêmes, parce que, pour elle, se soumettre, ce serait cesser d'être. » Henri Poincaré

« Que puis-je savoir ? - Que dois-je faire ? - Que m'est-il permis d'espérer ? » Emmanuel Kant

Saisir des mots clefs à rechercher

vendredi 31 janvier 2020

∆∆∆ Téléportation quantique : et hop ! | France culture 29/01/2020



Comment est définie la notion de “téléportation quantique” ? En quoi est-elle intrinsèquement liée à celle de l’intrication ? Qu’est-ce que l’intrication d’un point de vue physique ? Qu’arrive-t-on à “téléporter” quantiquement aujourd’hui ?

Qu'arrive-t-on à "téléporter" quantiquement ?
L’ère de la téléportation quantique est en train d’advenir. Que ce soit de l’espace vers la Terre, où la Chine réalise des prouesses encore récemment en réussissant la prouesse de distribuer de l’information de son satellite MOZI jusqu’à une station de réception mobile au sol ou dans le domaine de l’informatique, où des chercheurs ont réussi à manipuler des photons intriqués entre deux puces au silicium. 

Aussi est-il grand temps d’aborder frontalement ce qu’on appelle, à tort, « téléportation quantique », en replongeant à la source des propriétés quantiques des particules et sans avoir une seule fois recours à la métaphore Star Trek. 

Téléportation quantique : et hop ! C’est le programme intriqué qui est le nôtre pour l’heure qui vient. Bienvenue dans La Méthode scientifique. 

Et pour tout comprendre à cette téléportation quantique, en partant de Newton jusqu’à Alain Aspect en passant par Einstein et Bohr et comprendre pourquoi la terminologie de « téléportation quantique » est finalement impropre, nous avons le plaisir de recevoir aujourd’hui Claude Aslangul, professeur émérite à Sorbonne Universités, chercheur en mécanique quantique et en physique statistique au Laboratoire de Physique Théorique de la Matière Condensée et Nicolas Gisin, professeur au département de physique appliquée de l’université de Genève et responsable de la première expérience de téléportation quantique en laboratoire en 1997.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire