« La pensée ne doit jamais se soumettre, ni à un dogme, ni à un parti, ni à une passion, ni à un intérêt, ni à une idée préconçue, ni à quoi que ce soit, si ce n'est aux faits eux-mêmes, parce que, pour elle, se soumettre, ce serait cesser d'être. »

Henri Poincaré

Saisir des mots clefs à rechercher

vendredi 31 janvier 2020

Suprématie quantique, que de la Google ? | France ulture 16/10/2019



Les ingénieurs de Google ont-ils atteint la suprématie quantique ? Qu’est-ce que l’informatique quantique et quels sont ses avantages ? Qu’est-ce qui nous empêche d’atteindre la suprématie quantique pour le moment ? Un entre-deux quantique / classique est-il envisageable, en attendant ?

La suprématie quantique permettrait de réaliser
avec un processeur quantique une opération
en 3 minutes et 20 secondes, là où il faudrait 10.000 ans
 au plus avancé des ordinateurs actuels.
Coup de tonnerre dans l’univers de l’informatique quantique. Google affirme avoir atteint « la suprématie quantique », c’est à dire avoir réalisé à l’aide d’un ordinateur quantique une opération impossible à résoudre avec un ordinateur classique. 

En l’occurrence une opération réalisée en 3 minutes 20 qui aurait pris plus de 10 000 ans à l’ordinateur actuel le plus performant. 

Cet article a été immédiatement retiré du site de la NASA sur lequel il a été publié. Mais cela n’a pas empêché de faire frémir les acteurs privés et académiques engagés dans la course à l’ordinateur quantique. Sommes-nous à l’orée d’une nouvelle ère ou était-ce un effet d’annonce prématuré ?

Suprématie quantique : que de la Google ? C’est le programme géologique qui est le nôtre pour l’heure qui vient. Bienvenue dans La Méthode scientifique.

Pour essayer d’y voir plus clair, de trier le bon grain de l’ivraie quantique et de comprendre les enjeux informatiques et technologiques autour de cette accession à la « suprématie quantique », nous avons le plaisir de recevoir aujourd’hui Eleni Diamanti, chargée de recherche CNRS au laboratoire de recherche en informatique à Sorbonne Université et Anthony Leverrier, chercheur à INRIA.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire