« La pensée ne doit jamais se soumettre, ni à un dogme, ni à un parti, ni à une passion, ni à un intérêt, ni à une idée préconçue, ni à quoi que ce soit, si ce n'est aux faits eux-mêmes, parce que, pour elle, se soumettre, ce serait cesser d'être. »

Henri Poincaré

jeudi 2 janvier 2020

Profession : économiste (1/4) Déconstruire les idéologies avec Thomas Piketty | France culture 30/12/2019



Retour sur le parcours de cet économiste né en 1971, élève à l'ENS puis professeur au MIT. Comment l’inégalité se structure-t-elle ? Quels sont ses systèmes de justification ? Telles sont les questions auxquelles son dernier ouvrage, "Capital et idéologie", entend répondre.

Thomas Piketty
Aujourd’hui on bouscule le capitalisme avec Thomas Piketty. Son "Capital au 21eme siècle" s’est vendu à deux millions et demi d’exemplaires. On y apprenait que les inégalités faisaient leur grand retour dans les pays industrialisés depuis les années 80 et que l’héritage avait retrouvé l’importance qu’il avait au temps du père Goriot. 

Six ans plus tard, la réflexion de Thomas Piketty s’est déplacée des inégalités aux discours qui les accompagnent et qui les justifient. 

Voilà pourquoi son dernier ouvrage s’intitule Capital et idéologie et nous avons une heure devant nous pour en parcourir, en sa compagnie, les 1200 pages érudites...

Références sonores :

Karl Marx, Friedrich Engels, Manifeste du parti communiste (1848)
Lecture d'un extrait de The Rise of The Meritocracy de Michael Young (1958)
Le père Goriot (1835) d'Honoré de Balzac, une fiction France Culture (2019)
Jean-Jacques Rousseau, « Discours sur l'économie politique » (1758)
Karl Polanyi, La Grande transformation (1944)
Guillaume Allègre, économiste à l’OFCE, dans l'émission "Matières à penser" sur France Culture (2018)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire