« La pensée ne doit jamais se soumettre, ni à un dogme, ni à un parti, ni à une passion, ni à un intérêt, ni à une idée préconçue, ni à quoi que ce soit, si ce n'est aux faits eux-mêmes, parce que, pour elle, se soumettre, ce serait cesser d'être. » Henri Poincaré

« Democracy Dies in Darkness »

Saisir des mots clefs à rechercher

jeudi 9 janvier 2020

∆∆∆ La haine est partout : Tu haïras ton prochain comme toi-même, par Hélène L’Heuillet | France culture 07/01/2020



Ressentie par chacun de nous, elle n’en est pas moins un sujet tabou. Ou plutôt était. Depuis quelques années, elle se déverse un peu partout dans la société, sans frein, sans honte et sans vergogne. Alimentée par les médias, mobilisées par les politiques à des fins électoralistes, affichée haut et fort dans la rue ou sur les réseaux sociaux, la haine a fait en quelque sorte son coming out.

Pourquoi et comment la haine, que les sociétés humaines ont de tout temps cherché à maîtriser, a-t-elle soudain trouvé des voies d’expression publique ? À qui profite son émancipation ? À qui servent les langues déliées et les pulsions non réprimées ?


Notre invitée de ce soir, Hélène L’Heuillet, maître de conférence en philosophie à Paris IV, psychanalyste et auteure de l’essai Tu haïras ton prochain comme toi-même, publié chez Albin Michel il y a quelques semaines, offre une réponse à ces question dans un parallèle inattendu car a priori paradoxal entre la tentation du populisme et celle du djihadisme. 

Ces deux mouvements radicaux sont fondés sur un même ressort : celui de la levée du bouclier qu’est le refoulement de la haine.

Depuis quelques années, la haine se déverse un peu partout dans la société, sans frein, sans honte et sans vergogne. Alimentée par les médias, mobilisées par les politiques à des fins électoralistes, affichée haut et fort dans la rue ou sur les réseaux sociaux, la haine a fait en quelque sorte son coming out. Ressentie par chacun de nous, elle n’en est pas moins un sujet tabou. Ou plutôt était...

"Si la haine est une expérience psychique nécessaire, impossible de grandir ou de passer les étapes de la vie sans en faire l'expérience, l'absence de refoulement de cet élan pulsionnel est dévastatrice pour la vie en société et pour soi-même. Or la haine s'invite de nos jours dans les dialogues, et surgit au moindre désaccord, entre voisins, dans le couple, dans la famille, au travail, et bien sûr, de façon véhémente, en politique. Et ce nouveau discours de la haine produit nécessairement de nouvelles formes de violence."

Au croisement de la psychanalyse et de la philosophie, essayer de comprendre comment les discours haineux portés par les leaders populistes et le terrorisme islamiste parviennent aujourd’hui à séduire autant de jeunes.

Hélène L’Heuillet, maître de conférence en philosophie à Paris IV, psychanalyste et auteure de l’essai Tu haïras ton prochain comme toi-même, publié chez Albin Michel.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire