« La pensée ne doit jamais se soumettre, ni à un dogme, ni à un parti, ni à une passion, ni à un intérêt, ni à une idée préconçue, ni à quoi que ce soit, si ce n'est aux faits eux-mêmes, parce que, pour elle, se soumettre, ce serait cesser d'être. »

Henri Poincaré

Saisir des mots clefs à rechercher

samedi 25 janvier 2020

∆∆∆ Avoir raison avec... Paul Ricoeur | France culture 18/08/2019



Paul Ricoeur (1913-2005), qui se décrivait comme un "obsédé textuel", est un philosophe majeur du 20ème siècle, pourtant moins connu que Foucault ou Deleuze. Son œuvre monumentale embrasse tout le siècle et échappe à tous les courants de son temps. Comment faire bon usage de sa pensée aujourd'hui ?
Paul Ricoeur en juin 2003
à la Fondation Singer-Polignac à Paris
Paul Ricoeur est un philosophe français né en 1913 et disparu en 2005. Il a laissé en héritage une œuvre foisonnante, échappant à tous les courants de son époque, marxisme ou structuralisme.

Volonté, interprétation, texte, histoire, temps et récit, action, métaphore, mal, identité, juste, éthique, utopie et oubli, en quelques quarante livres, Paul Ricoeur semble avoir tout travaillé, tout traversé, dessinant ce qu’il a appelé une sagesse pratique… Il a su mettre au cœur de sa pensée les questions humanistes et consensuelles de la justice, du pardon ou de l’action…

Elu philosophe préféré d’Emmanuel Macron, ses idées restent trop peu diffusées et explicitées, son œuvre trop peu résumable et trop peu manipulable. Comment approcher, appréhender et faire bon usage de sa pensée aujourd’hui ?

Partie 1 : Paul Ricoeur, "obsédé textuel" et philosophe de l'agir

avec François Dosse, historien, spécialiste de l’histoire intellectuelle, professeur à l’Université Paris-Est Crétail et Sciences Po, chercheur à l’IHTP (Institut d’histoire du temps présent)

Paul Ricoeur, une oeuvre philosophique monumentale du 20ème siècle

"L’œuvre de Paul Ricoeur est monumentale et embrasse tout le 20ème siècle. Puisqu'il est né en 1913, il va tout de suit être marqué par ce tragique 20ème siècle, et marqué existentiellement puisqu’il perd son père en 1915 dans la Grande Guerre, puis il perd très vite sa mère et sera orphelin. Il va nouer un rapport existentiel avec les textes. À la fin de sa vie, il aimait dire qu’il était "obsédé textuel", son rapport au monde se jouait pour l’essentiel dans son rapport aux textes, jusqu’au bout, jusqu’à l’extrême. Cette présence à son temps, son siècle, était fondamentale et donc à toutes les formes d’engagement de l’intellectuel dans son temps, ce qui le caractérise tout de suite. Dans les années 50, il soutient sa thèse sur la volonté, le volontaire et l’involontaire, c’est tout de suite un philosophe de l’acte, un philosophe de l’agir, de la capabilité. Si on analyse le parcours, venu d’une famille très calviniste, protestante, fermée, il est passé de la culpabilité à la capabilité, c’est ce mouvement d’émancipation, de libération, de liberté personnelle et collective qui le caractérise tout au long de son œuvre."  François Dosse

Paul Ricoeur, une oeuvre imortelle

"Le dernier mot de son livre La Mémoire, l’histoire, l’oubli, définit sa philosophie : « Inachèvement ». L’œuvre de Paul Ricoeur est à venir parce qu’elle est ouverte, nous parle à tous et parlera encore demain parce que justement, elle n’est pas fermée sur un système. Un système est datable, il a son heure de gloire, les concepts ont presque, comme les individus, une vie. Le temps de la maturité puis la disparition du concept... Pas chez Ricoeur, parce que c’est quelque chose d’inachevé qui a par rapport au doute, il y a chez lui une métastabilisation du doute philosophique, on doit s’interroger, toujours…" François Dosse

Partie 2 : Comment peut-on utiliser politiquement l'oeuvre de Ricoeur ?

- avec François Dosse, historien, spécialiste de l’histoire intellectuelle, professeur à l’Université Paris-Est Crétail et Sciences Po, chercheur à l’IHTP (Institut d’histoire du temps présent)
- et Pierre-Olivier Monteil, chercheur associé au Fonds Ricoeur, enseignant en éthique à l’Université Paris Dauphine

Paul Ricoeur, attaché « au » politique

"La politique et le politique sont très importants aux yeux de Ricoeur. Il considère que c’est par le politique que nous avons la capacité de devenir ce que nous pourrons devenir, que le citoyen est libre. La condition sine qua none pour qu’il y ait discussion c’est la politique et le politique. La distinction entre le politique et la politique est plus qu’une nuance, la politique serait la conquête du pouvoir et son exercice, la politique politicienne ; le politique c’est le vivre ensemble, le fait qu’il y a cité, collectivité humaine. Comment les articuler ? Cela fait partie des grandes préoccupations de Ricoeur." Pierre-Olivier Monteil

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire