Rechercher dans ce blog ? Entrez vos mots-clés !

lundi 2 décembre 2019

Quatre regards sur Léonard de Vinci : "La Joconde" | France culture 21/10/2019



"Portrait de Lisa Gherardini,
épouse de Francesco del Giocondo,
dite Monna Lisa, la Gioconda ou la Joconde"

de Léonard de Vinci, peint vers 1503 -1519
S’il est un tableau qui a été étudié, épluché, décortiqué, analysé, sur-analysé par les historiens de l’art, les amateurs, les critiques, les écrivains, c’est "La Joconde", peint vers 1503-1519... 

Que peut-on encore dire sur cette œuvre saturée de discours ?

Aujourd’hui œuvre célèbre pour sa célébrité, il ne faut pourtant pas négliger l’importance capitale de sa portée au point de vue historique,
La Joconde a immédiatement connu un succès phénoménal au XVIème siècle, devenant un nouveau modèle de type de portrait en Italie puis dans le reste de l’Europe...

L'invité du jour :

Jan Blanc, professeur d’histoire de l’art de la période moderne à l’Université de Genève

Le style de Léonard

"La physionomie de ce visage ressemble à beaucoup d’autres visages peints par Léonard dans la deuxième partie de sa carrière, je pense notamment au Saint Jean-Baptiste du Louvre et à la Belle Ferronnière qui ont des traits en commun alors que ce sont des personnages différents. Alors pourquoi se ressemblent-ils ? Parce que, comme le dit Léonarde de Vinci, un peintre doit pouvoir constituer ce qu’on appellera au XVIe siècle une manière, c’est-à-dire un style, même si le terme est anachronique. Un style, une façon de représenter les visages, les corps qui va permettre à ses tableaux d’être reconnaissables et immédiatement identifiables à l’artiste. La Joconde est un tableau qui représente Lisa del Giocondo mais c’est aussi un Léonard de Vinci." Jan Blanc

Un charme ineffable

"Le tableau produit un charme, produit une séduction, produit un intérêt qui est presque de l’ordre du désir, ce tableau n’est pas fait pour bouleverser, il n’est même pas fait pour intéresser. Il va produire un charme un peu indescriptible. La grâce relève un peu de l’ineffable, du je ne sais quoi pour parler la langue du XVIIe siècle, qui va instaurer un rapport avec le spectateur mais un rapport qui suppose une certaine forme de culture et de savoir. C’est un rapport qui n’est pas immédiat, pas évident, ce n’est pas La Jeune Fille à la perle qui vous accroche par son regard, par sa bouche ouverte… qui nous capte, qui nous prend au piège." Jan Blanc

Le sourire de Lisa

"Ce qui frappe, ce qui marque l’œuvre c’est ce sourire qui n’est pas original puisque avant Léonard on a eu des sculpteurs, on a eu des peintres qui ont fait sourire leurs figures mais ce qui est très intéressant ici c’est deux choses : d’abord le sourire va emblématiser la figure, pourquoi ? Parce que Giocondo ça veut dire joyeux en italien, donc le sourire va donner le nom propre de la figure. Cette joie, cette gaîté qui est exprimée par ce sourire va signifier le statut social et familial de cette Lisa. Par ailleurs ce sourire va faire en sorte que ce tableau s’adresse à nous, ce qui n’est pas évident pour un portrait. Nous trouvons parfaitement banal et presque indifférent et anodin quelque chose que Léonard invente sous nos yeux." Jan Blanc

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire