Art. 1: « Le Grand Orient de Belgique, obédience masculine, maillon de la franc-maçonnerie universelle, demande à celui qui se présente à l’Initiation d’être honnête homme et d’être capable de comprendre et de propager les principes maçonniques. Il exige de ses membres, la sincérité des convictions, le désir de s’instruire et le dévouement. Il forme une société d’hommes probes et libres qui, liés par des sentiments de liberté, d’égalité et de fraternité, travaillent individuellement et en commun au progrès social, et exercent ainsi la bienveillance dans le sens le plus étendu ».
« La pensée ne doit jamais se soumettre, ni à un dogme, ni à un parti, ni à une passion, ni à un intérêt, ni à une idée préconçue, ni à quoi que ce soit, si ce n'est aux faits eux-mêmes, parce que, pour elle, se soumettre, ce serait cesser d'être. » Henri Poincaré

Saisir des mots clefs à rechercher

mercredi 25 décembre 2019

Milan Kundera : Une théorie du roman | France culture 04/12/2018



Affiche du film "L'insoutenable légèreté de l'être"
réalisé par Philip Kaufman en 1988

Nous poursuivons la série consacrée à Milan Kundera et analysons dans cette deuxième émission, l'empreinte de l'écrivain dans la littérature contemporaine mais également dans le septième art.


Martine Boyer-Weinmann, professeure de littérature française contemporaine à l'université Lumière - Lyon 2, s'est penchée sur des questions spécifiques, celle de la vieillesse ainsi que sur l'expression de la colère en littérature, notamment dans l'écriture de Kundera.

Kundera, un écrivain en colère

"Un constat d’abord : pas un roman, pas une nouvelle de Kundera où un grand personnage ne sombre (souvent plusieurs fois) dans la fureur la plus frénétique, la rage la plus aveuglante, la perte de lucidité la plus meurtrière ou autodestructrice. Martine Boyer-Weinmann, « colère, humeur, vitupération chez Kundera » in Désaccords parfaits, Grenoble, Ellug, 2009, p. 216.

Les personnages de Kundera sont exaspérés, ils ont une fureur en eux, celle de l'auteur peut-être, qu'il parvient à exprimer par l'écriture. Mais elle parle aussi au lecteur, du lecteur : que nous dit-elle de nous-mêmes ?

Aucun commentaire:

Publier un commentaire