« La pensée ne doit jamais se soumettre, ni à un dogme, ni à un parti, ni à une passion, ni à un intérêt, ni à une idée préconçue, ni à quoi que ce soit, si ce n'est aux faits eux-mêmes, parce que, pour elle, se soumettre, ce serait cesser d'être. »

Henri Poincaré

Saisir des mots clefs à rechercher

mercredi 25 décembre 2019

Milan Kundera : Eros et Agapê | France culture 05/12/2018



De l'Eros à l'Agapê. Cette série se poursuit autour des Amours de Kundera, l'amour physique (Eros), l'amour spirituel (Agapê), l'amour désintéressé, l'amour filial...

Le "baiser de Cupidon et Psyché",
sculpture de l'Italien Antonio Canova,
réalisée entre 1787 et 1793.
Après la colère, sujet de l'émission précédente dont nous avons discuté avec notre invitée, Martine Boyer-Weinmann, nous abordons la thématique de l'amour dans les œuvres de Kundera avec l'écrivain, Alain Finkielkraut.

Rire d'un amour à prendre au sérieux

Le premier personnage qui dit "je t'aime" dans l'écriture de Kundera est Fleischmann, le personnage du roman au titre évocateur : Risibles amours. On pourrait croire qu'il nous faut rire de l'amour, s'en moquer. Une fois encore, on oscille entre la profondeur des sentiments et la légèreté du titre.

L'amour est ironique dans L'insoutenable légèreté de l'être, d'inspiration mythologique aussi, la source en est le grand Amour que se portent Philémon et Baucis, les amants éternels de la mythologie grecque.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire