Art. 1: « Le Grand Orient de Belgique, obédience masculine, maillon de la franc-maçonnerie universelle, demande à celui qui se présente à l’Initiation d’être honnête homme et d’être capable de comprendre et de propager les principes maçonniques. Il exige de ses membres, la sincérité des convictions, le désir de s’instruire et le dévouement. Il forme une société d’hommes probes et libres qui, liés par des sentiments de liberté, d’égalité et de fraternité, travaillent individuellement et en commun au progrès social, et exercent ainsi la bienveillance dans le sens le plus étendu ».
« La pensée ne doit jamais se soumettre, ni à un dogme, ni à un parti, ni à une passion, ni à un intérêt, ni à une idée préconçue, ni à quoi que ce soit, si ce n'est aux faits eux-mêmes, parce que, pour elle, se soumettre, ce serait cesser d'être. » Henri Poincaré

Saisir des mots clefs à rechercher

jeudi 26 décembre 2019

∆∆∆ Les penseurs du travail : Rage against the machine | France culture 30/08/2017



Un ouvrier dans un atelier fabriquant un robot.
Couverture tirée de l'hebdomadaire 

"Le petit journal illustré"
du dimanche 19 Mai 1935 
L'humain et la machine doivent-ils être opposés ? Quel impact le progrès technique a-t-il sur nos manières de travailler et comment le travail s'est-il modifié au fil des révolutions industrielles, autant de questions sur lesquelles nous reviendrons.

Nous avons rejoint Jouy-en-Josas et le campus d’HEC où se déroule l’Université du MEDEF. Un rendez-vous en direct et en public consacré - comme toute cette semaine - aux penseurs du travail.

Aujourd’hui, ce sont les liens entre travail et progrès technique qui attirent notre attention, tout comme ils ont attiré celle d’auteurs majeurs dont l’incontournable Schumpeter et de bien d’autres à sa suite.

Et c’est confortablement installés sous une tente - en compagnie de Bernard Stiegler et de Laurent Alexandre - que nous démarrons cette 3e émission sur le travail.

"La question principale est de réinventer le travail." Bernard Stiegler

Vidéo de Francetv éducation dans la série Decod'éco posant la question, ou plutôt reposant et explicitant la question de savoir si la peur des robots et de la machine dans le travail est justifiée.

"Nos éthiques, nos morales, notre conception du monde sont cycliques, la technologie ne l'est pas." Laurent Alexandre

Schumpeter et le progrès technique

Dans ses ouvrages Théorie de l’évolution économique (1911) et Les cycles des affaires (1939), Joseph Alois Schumpeter formalise le rôle que joue le progrès technique dans l’économie.

Selon lui, les fluctuations économiques émergent grâce à l’action de l’entrepreneur, figure centrale chez Schumpeter, qui en innovant enclenche le fameux processus de “destruction créatrice”. Ce mouvement existe à tous les niveaux de l’économie :

- Au sein d’un secteur d’activité : Un entrepreneur va introduire une innovation permettant à son entreprise de prendre une position monopolistique temporaire. Cela aura pour conséquence la disparition de certaines entreprises, trop peu innovantes, et l'émergence de nouvelles, capables d’imiter l’innovation initiale.

- Au sein de l’économie plus largement : Ces innovations apparaissent par grappes (une innovation majeure, suivie d’innovations mineures) dans certains secteurs entraînant leur expansion rapide et le déclin d’autres secteurs, rendus obsolètes par les innovations. A ce niveau le processus de destruction créatrice est à l’origine des cycles économiques.

On constate alors des cycles industriels où, après une innovation majeure, l'économie entre dans une phase de croissance (créatrice d'emplois), suivie d'une phase de dépression, où les innovations chassent les entreprises “dépassées” (destruction d'emplois).

Générique : "Time is the enemy" de Quantic

Aucun commentaire:

Publier un commentaire