Saisir des mots clefs - tags à rechercher

mardi 31 décembre 2019

Islamophobie, anatomie d'une imposture : Entretien avec Philippe d'Iribarne / Vous serez tous des maîtres - La grande illusion des temps modernes | Le labo d'idées universitaire 20 juin 2019



Ce terme s'est imposé dans le débat public. Souvent dégainé comme une arme pour mettre un terme à un débat ou culpabiliser un adversaire. Ses racines comme l'usage qui en est fait méritent de s'y intéresser !

Pour cela, nous recevons le sociologue Philippe d'Iribarne, Directeur de recherche au CNRS, dont le dernier livre "Islamophobie, intoxication idéologique" est paru chez Albin Michel.

Quand il s'agit des hommes sans pouvoir, ou avec peu de pouvoir, une immense contradiction traverse nos sociétés modernes. Comme sujets politiques, ils sont détenteurs des mêmes droits, revêtus de la même dignité, munis des mêmes prérogatives que tous les citoyens. Mais quand ils sont côtoyés comme individus de chair et d'os dans le quotidien de l'existence, nous peinons à les regarder comme égaux en dignité, ou même comme des hommes à part entière, tant qu'ils n'ont pas rejoint la condition commune de ceux qui ne doivent rien à personne. Comment expliquer cet écart ? Nos mœurs retarderaient-elles par rapport aux idéaux politiques et sociaux de la Raison éclairée ?

En réalité, c'est l'idéal même de l'individu souverain, porté par le projet moderne, qui est au cœur de la contradiction où nous sommes. Source de droits du citoyen, cet idéal alimente et fonde aussi le regard social, un regard impitoyable sur ceux qui n'ont pas leur place dans une société d'êtres émancipés. 

La question posée pourrait dès lors s'énoncer ainsi : est-il une dignité pour ceux qui n'ont pas de pouvoir (économique, politique...), pour ceux qui ne sont pas des individus souverains ?

Reconstituer la genèse et les conséquences, au cœur même de nos convictions les plus profondes, du double " regard " sur les humbles et du statut ambivalent que nous leur réservons, tel est l'objet de ce livre très éclairant sur le social aujourd'hui.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire