Art. 1: « Le Grand Orient de Belgique, obédience masculine, maillon de la franc-maçonnerie universelle, demande à celui qui se présente à l’Initiation d’être honnête homme et d’être capable de comprendre et de propager les principes maçonniques. Il exige de ses membres, la sincérité des convictions, le désir de s’instruire et le dévouement. Il forme une société d’hommes probes et libres qui, liés par des sentiments de liberté, d’égalité et de fraternité, travaillent individuellement et en commun au progrès social, et exercent ainsi la bienveillance dans le sens le plus étendu ».
« La pensée ne doit jamais se soumettre, ni à un dogme, ni à un parti, ni à une passion, ni à un intérêt, ni à une idée préconçue, ni à quoi que ce soit, si ce n'est aux faits eux-mêmes, parce que, pour elle, se soumettre, ce serait cesser d'être. » Henri Poincaré

Saisir des mots clefs à rechercher

vendredi 22 novembre 2019

Shakespeare, les liens du sang sont-ils sacrés ? | France culture 12/06/2019



"Le Roi Lear" joué au Globe Theatre à Londres
(David Calder interprète le Roi Lea à droite
et Jodie McNee interprète Cordélia)

Au travers d'"Hamlet" et du "Roi Lear", deux oeuvres théâtrales majeures de William Shakespeare, les figures paternelles défilent : père rêvé, fantasmé, père réel brisé, désacralisé... 

Comment Shakespeare met-il en scène les liens entre père et progéniture ? 

Que dit-il des liens du sang ?

Une série d'émissions présentée par Géraldine Mosna-Savoye

L'invitée du jour :

Gisèle Venet, professeure émérite à l’Université Paris 3 Sorbonne Nouvelle, spécialiste de William Shakespeare et du théâtre élisabéthain et jacobéen

Hamlet" et "Le Roi Lear", deux pièces qui sacralisent les liens entre père et progéniture ?

"Shakespeare sacralise et désacralise tout à la fois… Les pièces sont très différentes dans leur manière d’aborder le père : on a d’abord un père fantomatique dans "Hamlet", tandis qu’on a un père omniprésent dans "Le Roi Lear". Lui-même se revendique comme père quand dans "Hamlet" c’est presque un père fantasmé. Hamlet parle de son père, qui revient à la fin de l’acte I pour lui donner la mission de le venger, mais il n’est pas présent, c’est un personnage qui hante la pièce…" Gisèle Venet

La filiation est-elle un thème dans l’œuvre de Shakespeare ?

"La filiation est un ressort chez Shakespeare, et à l’évidence dans les pièces "Hamlet" et "Le Roi Lear" puisque Hamlet n’existe que par la mission que lui donne son père… Et nous, nous ne le connaissons que parce qu’il a cette mission de vengeur. Hamlet récuse une filiation dont il ne veut pas, celle avec son beau-père. Dans "Hamlet", il y a un problème de filiation, Hamlet veut la purifier, parce qu'il a trop de pères…" Gisèle Venet

Aucun commentaire:

Publier un commentaire