Rechercher dans ce blog ? Entrez vos mots-clés !

vendredi 22 novembre 2019

Shakespeare, les liens du sang sont-ils sacrés ? | France culture 12/06/2019



"Le Roi Lear" joué au Globe Theatre à Londres
(David Calder interprète le Roi Lea à droite
et Jodie McNee interprète Cordélia)

Au travers d'"Hamlet" et du "Roi Lear", deux oeuvres théâtrales majeures de William Shakespeare, les figures paternelles défilent : père rêvé, fantasmé, père réel brisé, désacralisé... 

Comment Shakespeare met-il en scène les liens entre père et progéniture ? 

Que dit-il des liens du sang ?

Une série d'émissions présentée par Géraldine Mosna-Savoye

L'invitée du jour :

Gisèle Venet, professeure émérite à l’Université Paris 3 Sorbonne Nouvelle, spécialiste de William Shakespeare et du théâtre élisabéthain et jacobéen

Hamlet" et "Le Roi Lear", deux pièces qui sacralisent les liens entre père et progéniture ?

"Shakespeare sacralise et désacralise tout à la fois… Les pièces sont très différentes dans leur manière d’aborder le père : on a d’abord un père fantomatique dans "Hamlet", tandis qu’on a un père omniprésent dans "Le Roi Lear". Lui-même se revendique comme père quand dans "Hamlet" c’est presque un père fantasmé. Hamlet parle de son père, qui revient à la fin de l’acte I pour lui donner la mission de le venger, mais il n’est pas présent, c’est un personnage qui hante la pièce…" Gisèle Venet

La filiation est-elle un thème dans l’œuvre de Shakespeare ?

"La filiation est un ressort chez Shakespeare, et à l’évidence dans les pièces "Hamlet" et "Le Roi Lear" puisque Hamlet n’existe que par la mission que lui donne son père… Et nous, nous ne le connaissons que parce qu’il a cette mission de vengeur. Hamlet récuse une filiation dont il ne veut pas, celle avec son beau-père. Dans "Hamlet", il y a un problème de filiation, Hamlet veut la purifier, parce qu'il a trop de pères…" Gisèle Venet

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire