Rechercher dans ce blog ? Entrez vos mots-clés !

jeudi 7 novembre 2019

Sartre, L’être et le néant : Existe-t-on pour autrui ? | France culture 11/01/2018



Simone de Beauvoir et Jean-Paul Sartre
"L'enfer, c'est les autres" (Huis-Clos)

Pourquoi le regard des autres compte-t-il autant pour nous ? 

Le regard nous expose au jugement d'autrui, il nous dévore de l'intérieur, dit Sartre, mais pourquoi est-il si difficile de s'en détacher et de se voir comme ils nous voient ? 

Autant de questions qui feront dire à Sartre que "l'enfer, c'est les autres". Sartre voulait-il dire que nos relations avec eux sont vouées à l'échec ?

Le texte du jour

 "Je viens de faire un geste maladroit ou vulgaire : ce geste colle à moi, je ne le juge ni le blâme, je le vis simplement, je le réalise sur le mode du pour-soi. Mais voici tout à coup que je lève la tête : quelqu’un était là et m’a vu. Je réalise tout à coup la vulgarité de mon geste et j’ai honte. Il est certain que ma honte n’est pas réflexive, car la présence d’autrui à ma conscience, fût-ce à la manière d’un catalyseur, est incompatible avec l’attitude réflexive ; dans le champ de la réflexion, je ne peux jamais rencontrer que la conscience qui est mienne. Or autrui est le médiateur entre moi et moi-même : j’ai honte de moi tel que j’apparais à autrui. Et par l’apparition même d’autrui, je suis mis en mesure de porter un jugement sur moi-même comme sur un objet, car c’est comme objet que j’apparais à autrui. Mais pourtant cet objet apparu à autrui, ce n’est pas une vaine image dans l’esprit d’un autre. Cette image en effet serait entièrement imputable à autrui et ne saurait me « toucher ». Je pourrais ressentir de l’agacement, de la colère en face d’elle, comme devant un mauvais portrait de moi, qui me prête une laideur ou une bassesse d’expression que je n’ai pas ; mais je ne saurais être atteint jusqu’aux moelles : la honte est, par nature, reconnaissance. Je reconnais que je suis comme autrui me voit."

Sartre, L’Être et le Néant (Gallimard, Tel, 2003). P.605

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire