Rechercher dans ce blog ? Entrez vos mots-clés !

jeudi 7 novembre 2019

Narcisse, mon beau Narcisse : Je, où es-tu ? | France culture 17/10/2018



Comment passe-t-on de Narcisse, personnage mythologique, au narcissisme, stade nécessaire au développement de l'enfant en psychanalyse ? En quel sens est-il à la fois nécessaire et dangereux de se contempler longtemps dans le miroir ?

Pourquoi le narcissisme primaire de Freud et le stade du miroir pensé par Lacan sont-ils des conditions fondamentales pour notre développement ?


Pour Lacan, il existe une distinction entre le “je”, notre subjectivité, et le “moi” qui correspond au stade narcissique. La question du “je” est politique et éthique : aujourd'hui, nous délaissons le “je” au profit du “moi”...

Notre invitée Clotilde Legui théorise le concept de « narcissisme de masse » : nous sommes rentrés dans une époque qui nous offre les outils de la mise en scène de notre propre existence. Pour exister comme personne, il ne resterait plus d’autre choix que d’occuper le lieu de l’image de soi-même.


L'invitée du jour :

Clotilde Leguil, professeure au Département de psychanalyse de Paris 8 Saint Denis, philosophe et psychanalyste de l’Ecole de la Cause freudienne, Autrice de Je : une traversée des identités aux éditions puf et Sartre avec Lacan : corrélation antinomique, liaison dangereuse aux éditions Navarin.

Le narcissisme au 19ème siècle : une perversion

"Le terme de narcissisme existe avant Freud, employé par les psychiatres allemands… En psychiatrie, au 19ème siècle, le narcissisme désignait une perversion sexuelle qui consistait à ne pouvoir obtenir de jouissance sexuelle qu’à la contemplation de son propre corps dans le miroir.      
Ce que Freud a apporté en 1914 dans un article fondamental c’est justement de considérer que le narcissisme faisait partie du développement normal de la vie sexuelle comme un moment dans le développement de la libido du sujet…" Clotilde Leguil

Lacan et le « stade du miroir »

"Après Freud, Lacan est le penseur du « stade du miroir », une analyse du narcissisme comme étant un moment constitutif de la formation du « je », un moment essentiel qui permet au sujet de s’appréhender à travers l’image de son corps comme un sujet, avant même de savoir parler…       
En 1949 Lacan s’intéresse à une observation qui a été faite et qui concerne la conduite des bébés ne parlant pas encore. À travers une expérience, on observe que chez les enfants entre six mois et dix-huit mois apparaît cet intérêt pour sa propre image dans le miroir…       
Il y a là un franchissement, l’enfant a compris que cette image qu’il voyait dans le miroir, c’est lui, c’est un moment fondateur et jubilatoire.       
Lacan explique que cette jubilation, avec le temps, finit par s’amoindrir quand l’enfant commence à parler et à pouvoir dire « je ». Il franchit là aussi un moment dans sa constitution subjective…       
Ce que dit Lacan du stade du miroir c’est que c’est un moment qui anticipe sur l’assomption du « je ». Clotilde Leguil

Le stade du miroir électronique ?

"On pourrait dire que le « selfisme » est un symptôme contemporain. Il ne s’agit pas nécessairement de juger, on peut s’en étonner, mais on voit bien que les sujets contemporains trouvent peut-être une réponse à une forme d’angoisse dans le fait de pouvoir entretenir un rapport à leur image qui leur permet de rencontrer une identité…   
Je me suis interrogée sur le narcissisme de masse quand en Italie je suis tombée sur cet aphorisme inscrit sur un mur : « Le narcissisme de masse est le goulag des temps modernes ». Je l’interprète comme une tentative d’essayer de continuer à affirmer sa singularité dans une époque où chacun est pris par l’uniformisation du monde, la globalisation, la quantification… Il reste alors le narcissisme ? Mais c’est une forme d’impasse parce qu'il n’y pas là un intérêt à l’autre : le monde semble alors se replier comme s’il n’existait plus qu’à travers cette dimension que le sujet entretien à sa propre image." Clotilde Leguil

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire