Rechercher dans ce blog ? Entrez vos mots-clés !

dimanche 17 novembre 2019

Mon très cher Guy, par notre F Serge L | Avenue du Silence 1180 Uccle 13/11/2019

Mon très cher Guy,

Je te voyais comme un bloc de granit ou comme un chêne, un arbre qu’on ne déracine pas mais qui succombe malgré lui, ou comme un éléphant avec sa placidité, sa force tranquille, ses gestes besogneux et sa mémoire fidèle mais chez toi non vindicative.

Tu t’intéressais aux activités et aux engagements de ceux que tu côtoyais. Ainsi, tu venais me parler spontanément de tel ou tel composé chimique qui pouvait présenter un intérêt pour mon travail.

Tu nous rappelais qu’aucun projet humain d’envergure ne peut se créer et réussir sans l’aide et le soutien des Autres.

Il y a quelques années, tu t’es identifié au personnage de Candide, cette créature née de l’imagination de Voltaire, ce personnage en quête du bonheur qui se construit contre les aléas du destin, la folie des hommes et la déraison générale et affiche une confiance envers l'homme, capable d'améliorer sa condition. 

Toi, tu voyais ce personnage voltairien plus dans l’ordre de l’Esprit et de la défense de la Libre Pensée contre le conformisme et les conservateurs, religieux principalement, que comme un personnage physiquement engagé dans un esprit de libération, manifestant sur les barricades révolutionnaires.

Cette possibilité d’échange de vues sur un sujet critique te remplissait du bonheur d’être en Maç. et de pouvoir présenter l’une ou l’autre critique objective maçonnique et/ou profane sur un sujet d’actualité. Tu es devenu rapidement le Candide de Service.

Quand tu t’engageais à quelque chose, tu aimais aller jusqu’au bout de ton engagement.

Ainsi tu as poursuivi ta progression personnelle en maçonnerie et un jour, en toute simplicité, tu m’as dit que tu étais arrivé au bout, au 33e degré ; le travail, entamé tu l’avais mené jusqu’à son terme, sans aucune fierté particulière, tu étais heureux de l’avoir fait.

Le sujet du Temps te tenait à cœur, le temps à valoriser, nous humains, dans notre Durée de Vie, tant pour notre bénéfice physique, intellectuel, moral et éthique que pour le bénéfice de la société qui nous entoure ; le temps linéaire ou cyclique, les Temps de la Science Physique et de la Philosophie qui se rejoignent et s’influencent mutuellement.

Pour nous, agnostiques et adogmatiques, nous pensons, disais-tu, que la Vie est un espace de Conscience existentielle dans le Temps entre deux Néants.

Tant pour l’aspect scientifique que pour son prolongement philosophique, tu adhérais à l’explication quantique de l’univers qui se base fondamentalement sur des probabilités statistiques ou aléatoires et non sur un Déterminisme fixe. 

Tu aimais citer le principe d’incertitude d’Heisenberg en rappelant que la seule chose qui soit certaine est l’incertitude et en soulignant que dans la réalité de l’existence, ce principe ne doit pas nous empêcher de devoir ponctuellement décider au quotidien, incertitude oui, indécision non.

Ton temps est passé, ton souvenir vivra en nous.

Avec les pensées les plus fraternelles et les plus affectueuses des Amis Philanthropes n°7 Delta à ton épouse Béatrice, à tes enfants Corinne et Axel et à tous tes petits-enfants. 

Serge L

13/11/2019

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire