Art. 1: « Le Grand Orient de Belgique, obédience masculine, maillon de la franc-maçonnerie universelle, demande à celui qui se présente à l’Initiation d’être honnête homme et d’être capable de comprendre et de propager les principes maçonniques. Il exige de ses membres, la sincérité des convictions, le désir de s’instruire et le dévouement. Il forme une société d’hommes probes et libres qui, liés par des sentiments de liberté, d’égalité et de fraternité, travaillent individuellement et en commun au progrès social, et exercent ainsi la bienveillance dans le sens le plus étendu ».

« La pensée ne doit jamais se soumettre, ni à un dogme, ni à un parti, ni à une passion, ni à un intérêt, ni à une idée préconçue, ni à quoi que ce soit, si ce n'est aux faits eux-mêmes, parce que, pour elle, se soumettre, ce serait cesser d'être. » Henri Poincaré

« Que puis-je savoir ? - Que dois-je faire ? - Que m'est-il permis d'espérer ? » Emmanuel Kant

Saisir des mots clefs à rechercher

vendredi 8 novembre 2019

Les mots et l'argent : L'avènement du capitalisme dans la littérature | France culture 05/11/2019



De "La Cigale et la Fourmi" à "l'Avare", dramaturges et écrivains se sont laissé inspirer par l'économie et les relations marchandes. Comment les lois et les comportements économiques sont-ils représentés dans la littérature ? Et comment ces représentations évoluent-elles ?

Une scène du Tartuffe de Molière
au théâtre Manzoni
A la calculette de l’économiste, nous ajoutons aujourd’hui la plume de l’écrivain. Deuxième épisode de notre série sur les mots et l’argent : dès la Renaissance, les dramaturges s’attachent à mettre en scène la comédie de l’échange marchand.

L’avènement du capitalisme, dont les prémices apparaissent dès le 17ème siècle, bouleverse la littérature et place la richesse au cœur de la fiction. Ecrivains et poètes se saisissent des grandes questions économiques et sociales et les transforment au gré de l’essor du commerce et de la révolution industrielle…

Aucun commentaire:

Publier un commentaire