Rechercher dans ce blog ? Entrez vos mots-clés !

vendredi 22 novembre 2019

∆∆∆ "Les Frères Karamazov" : comment tuer le père ? | France culture 10/06/2019



"Les Frères Karamazov", publié en 1880, est l'un des chefs-d'oeuvre de l'écrivain russe Fédor Dostoïevski (1821-1881). Le roman met en scène un père et ses quatre fils, trois légitimes, un illégitime. L'un d'eux sera parricide... Que faire de l'héritage ? Existe-t-il une liberté ?

Richard Basehart et William Shatner, deux frères Karamazov
dans le film de Richard Brooks, sorti en 1958

Envahissant ou absent, papa poule ou daddy cool, rêvé ou désacralisé, nous avons tous, un père. Mais le père est-il toujours le même ?

Est-il plus qu'un géniteur, ou rien qu'un éducateur ?

Détient-il forcément l'autorité ou doit-il seulement nous aimer ? 

Est-il un modèle ou a-t-il tout du "vrai mec" ?

Et si le père n'avait aucune utilité, pas d'autorité, pas de sexualité, pas de sensibilité, serait-il encore le père ?

Cette semaine, du complexe d'Oedipe au Roi Lear, des Frères Karamazov au patriarcat chahuté, nous mettons à nu la figure et les fissures paternelles...

L'invité du jour :

André Markowicz, poète et traducteur

André Markowicz est le créateur de la maison d'édition Mesures qui propose, non pas de s'abonner à une revue, mais à une maison d'édition, selon le principe de l'abonnement au "panier paysan", en acceptant de ne pas savoir ce que l'on reçoit tout au long le l'année, en acceptant l'idée de découvrir des textes...

Le père Karamazov, une crapule, un jouisseur porté sur soi

"On peut résumer le roman des "Frères Karamazov" à une phrase : c'est l'histoire d'un père qui s’est marié deux fois et qui a eu trois enfants qu’il n’a pas élevés. Ce n’est pas qu’il les déteste, c’est qu’il considère que tout doit venir à lui parce que lui est vivant. La phrase essentielle de la paternité c’est la phrase de saint Jean-Baptiste qui dit à Jésus : "Tu viens pour que je diminue". Le père Karamazov, lui, n’a aucune intention de diminuer…" André Markowicz

Significations de "Karamazov"

"On a beaucoup écrit sur ce que signifie "Karamazov". "Mazov" signifie l’onction, et "Kara" peut avoir deux sens : le premier, un sens étymologique des langues turques , noir, donc l’onction du noir ; mais en russe "Kara" c’est le châtiment, la vengeance… C’est donc l’onction de la vengeance et l’onction du noir. Et c’est ce nom-là qu’il porte et qu’il transmet à ses enfants. Et c’est ça que Dmitri Karamazovappelle être karamazovien, non seulement être sensuel, jouisseur, crapuleux, mais porté sur soi, une espèce de vengeance qui n’est pas la sienne, celle de bien avant, comme un péché qu’on pourrait appeler originel..." André Markowicz

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire