Rechercher dans ce blog ? Entrez vos mots-clés !

mercredi 6 novembre 2019

Le Rire de Bergson, par Adèle Van Reeth | France culture 27/08/2012



Difficile de parler du rire sans l'éteindre, comme une blague qui perd son effet comique dès lors que l'on doit l'expliquer. Parler du rire ne fait pas rire, mais nous fait réféchir sur les multiples façons qu'à l'homme de s'afficher et de se trahir, donc de se découvrir.

De l'éclat au mime, le rire est à la fois expression naturelle et spontanée, et code social sofistiqué. Même quand il est fratuit, le rire fait toujours sens, il signifie ce que l'on voudrait être ou ce que l'on est, malgré nous. Rire est le propre de l'homme, mais ce n'est pas le propre qui nous fait le plus rire, de la grivoiserie à l'humour gras, le rire sait se faire trangressif, il autorise un accès libérateur au sale, au dégoûtant, et quand il devient serein et intelligent, il n'est plus ivre, mais soul et devient sourire.

Mais puisqu'il n'y a pas de rire sans comique ni sans mécanique, c'est avec le seul ouvrage de philosophie consacré exclusivement au rire que nous allons commencer cette semaine à savoir Le Rire d'Henri Bergson, en compagnie de Guillaume Sibertin-Blanc.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire