Rechercher dans ce blog ? Entrez vos mots-clés !

lundi 18 novembre 2019

Le chamanisme, une expérience de l'invisible | France culture 30/10/2019



Rituels chamaniques à Oulan-Bator en Mongolie, 2018
Le chamane, à l’aide de chants et de rituels, voyage en esprit, et possède deux caractéristiques fondamentales : s’il peut être envahi par une force extérieure, il maîtrise aussi cette dernière. 

Quel est le rôle de la pensée chamanique et quelles sont les fonctions du chamane ? 

Guérir ? 

Prédire ?


L'invité du jour :

Charles Stépanoff, ethnologue, spécialiste de la Sibérie, maître de conférences à l’Ecole pratique des hautes études (chaire « Religions de l’Asie septentrionale et de l’Arctique ») et membre du Laboratoire d’anthropologie sociale du Collège de France

Origine du terme "chamane"

"Le mot "chamane" vient d’un groupe de langues sibériennes. Puis, au 17ème siècle, lors de la colonisation par les Russes et leur rencontre avec ces peuples et ces pratiques chamaniques, ils emploient ce terme dans la langue russe et le transmettent aux voyageurs hollandais et allemands scientifiques, qui, eux-mêmes, vont publier des travaux au 18ème siècle traduits dans toutes les langues européennes : c’est à ce moment-là que le terme de "chamane" et la notion de chamanisme se répandent en Europe occidentale…" Charles Stépanoff

Les trois éléments du chamanisme

"Dans le chamanisme, il y a une forme de distribution du travail : le chamane est un expert de l’invisible. Les gens reconnaissent en lui un talent supérieur à eux, ils lui délèguent un certain nombre d’opérations de la vie quotidienne, dans les relations des hommes à leur environnement. On a trois éléments dans le chamanisme : un expert (le chamane), des gens non experts reconnaissant l’expert (les profanes) et un tiers, l’invisible, les esprits. Il faut ces trois éléments pour parler de chamanisme." Charles Stépanoff

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire