Rechercher dans ce blog ? Entrez vos mots-clés !

mercredi 27 novembre 2019

∆∆∆ Le capitalisme est-il soluble dans le XXIème siècle ? Dans le clair-obscur naissent les monstres | France culture 25/11/2019

Observons bien les débats actuels, et pas seulement chez les économistes. Il semble que la question, encore inimaginable il y a quelques années, ne cesse, à présent, d’être posée, sous diverses formes, dans de nombreuses enceintes.

Avec plus ou moins de discrétion ou de virulence. Les sciences sociales s’en emparent, comme la société civile, décidée à interpeller les Etats sur les grands enjeux contemporains auxquels ce modèle dominant ne trouve pas à ses yeux les réponses appropriées. Y parviendra-t-il ? Peut-on le réformer ? Ou faut-il le détruire ? Et par quoi le remplacer ?



Dans quelle mesure peut-on trouver, pour l’avenir, un nouvel ordre productif efficient et plus juste que le système capitaliste actuel ? Réponses avec Pierre Dockès, historien d'économie politique, professeur honoraire à l’Université de Lyon 2 et membre du Cercle des économistes.


Rassemblement devant la Bourse de New York
lors du 
"Jeudi Noir", le 29 octobre 1929
Pour Pierre Dockès, historien d'économie politique, professeur honoraire à l’Université de Lyon 2, membre du Cercle des économistes, et auteur de Le capitalisme et ses rythmes : quatre siècles en perspective, les deux grandes crises des XXe et XXIe siècles, celle des années 1930 et celle de 2008, ne sont pas seulement financières. 

Il s’agit aussi de crises du capitalisme impliquant, à terme, un changement structurel.

"La chute de la croissance, l’accroissement des inégalités, etc, relancent la question des contradictions internes du capitalisme – la vieille musique marxiste. A partir du moment où le capitalisme se trouve n’avoir pour ennemi que lui-même, il s’agit bien d’un problème endogène."

"Jusqu’ici, le capitalisme s’en est toujours sorti face à ses grandes crises, mais avec un coût humain, social et politique exorbitant." 

"Il faut espérer une réforme en profondeur du capitalisme vers le libéralisme social, vers le socialisme libéral, vers des formes qui sont rendues quasi impossible par le phénomène de mondialisation."

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire