Art. 1: « Le Grand Orient de Belgique, obédience masculine, maillon de la franc-maçonnerie universelle, demande à celui qui se présente à l’Initiation d’être honnête homme et d’être capable de comprendre et de propager les principes maçonniques. Il exige de ses membres, la sincérité des convictions, le désir de s’instruire et le dévouement. Il forme une société d’hommes probes et libres qui, liés par des sentiments de liberté, d’égalité et de fraternité, travaillent individuellement et en commun au progrès social, et exercent ainsi la bienveillance dans le sens le plus étendu ».

« La pensée ne doit jamais se soumettre, ni à un dogme, ni à un parti, ni à une passion, ni à un intérêt, ni à une idée préconçue, ni à quoi que ce soit, si ce n'est aux faits eux-mêmes, parce que, pour elle, se soumettre, ce serait cesser d'être. » Henri Poincaré

« Que puis-je savoir ? - Que dois-je faire ? - Que m'est-il permis d'espérer ? » Emmanuel Kant

Saisir des mots clefs à rechercher

vendredi 29 novembre 2019

Hériter pour mieux régner : Faut-il abolir l'héritage ? | France culture 27/12/2018



A l’heure où la part du patrimoine hérité dans le patrimoine total ne cesse d’augmenter, et où, de ce fait, c’est le fondement méritocratique de nos sociétés qui vacille, rares sont ceux qui préconisent d’en finir avec l’héritage. Pourtant, l'idée a longtemps été au cœur de la question sociale...

Devant le perron du château Laeken
Dernier jour de notre série consacrée à l’héritage : après avoir traqué les origines de la succession sous l’Ancien Régime, cherché les spécificités du capitalisme familial et tenté de se frayer un chemin dans les méandres de l’héritage de classe, nous abordons aujourd’hui la question que tout le monde se pose...

Que faire de cet héritage, de ces biens en partage, sources d’assimilation autant que d’assignation, de liberté mais aussi de captivité envers ceux qui nous les transmettent ?

Que faire de cet héritage qui perpétue et amplifie des inégalités injustifiées, à l’heure où la société française se mobilise pour rétablir un peu de justice sociale et de justice fiscale ?

Que faire enfin de cet héritage, qui, au-delà de sa dimension financière, pose la question intime du lien avec ceux qui nous ont précédés ?

Ce sont à toutes ces questions, économiques et éthiques, que nous tentons de répondre aujourd’hui.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire