Art. 1: « Le Grand Orient de Belgique, obédience masculine, maillon de la franc-maçonnerie universelle, demande à celui qui se présente à l’Initiation d’être honnête homme et d’être capable de comprendre et de propager les principes maçonniques. Il exige de ses membres, la sincérité des convictions, le désir de s’instruire et le dévouement. Il forme une société d’hommes probes et libres qui, liés par des sentiments de liberté, d’égalité et de fraternité, travaillent individuellement et en commun au progrès social, et exercent ainsi la bienveillance dans le sens le plus étendu ».
« La pensée ne doit jamais se soumettre, ni à un dogme, ni à un parti, ni à une passion, ni à un intérêt, ni à une idée préconçue, ni à quoi que ce soit, si ce n'est aux faits eux-mêmes, parce que, pour elle, se soumettre, ce serait cesser d'être. » Henri Poincaré

Saisir des mots clefs à rechercher

vendredi 22 novembre 2019

Comment survivre à l'Œdipe ? | France culture 11/06/2019



Comment survivre à l'Œdipe ?

À quoi ressemble un père ?

Existe-t-il ?

Est-il un homme, fort, doux ? 

Peut-on s'en passer ou faut-il toujours s'en créer ? 

Est-il réel ou imaginaire ? 

Un modèle ou un rival ? 

Parce qu'on en a tous un, mais qu'il ne semble jamais parfait : à quoi sert un père ?

Une série d'émissions présentée par Géraldine Mosna-Savoye

L'invité du jour :

Paul-Laurent Assoun, psychanalyste, professeur émérite à l'Université Paris 7, membre du Centre de recherches psychanalyse, médecine et société

Qu’est-ce qu’un père en psychanalyse ?

"Cette question reste en partie une énigme… Pour y répondre, il faudrait peut-être plutôt poser une autre question : quel mode d’emploi peut avoir de son père un fils ou une fille ? À quoi sert un père ? Un des mots clé est l'identification : le point extrêmement important pour qu’un homme se construise c’est le rapport au père. Evitons le mot identité, qui est ambigu, il y a besoin d’une identification souche. Quand Freud parle de l’identification, il fait un petit traité d’identification qui commence par le père." Paul-Laurent Assoun

Aucun commentaire:

Publier un commentaire