Rechercher dans ce blog ? Entrez vos mots-clés !

lundi 14 octobre 2019

Le Discours de la méthode de René Descartes : Peut-on chercher la vérité dans les sciences ? France culture 31/01/2019



Aujourd'hui il ne sera plus question de méthode ou de métaphysique mais de médecine, de dissection... Dans la 5ème partie du "Discours de la méthode", Descartes revient sur les sciences et présente un traité d’anatomie. Comment expliquer l’importance de la place de la médecine dans sa philosophie ?

"La Leçon d'anatomie du docteur Tulp",
peinture de Rembrandt, 1632
L'invité du jour :
David Rabouin, philosophe, chercheur au CNRS au laboratoire SPHERE (Sciences, philosophie, histoire), spécialiste d'histoire et de philosophie des sciences à l'âge classique

Descartes scientifique

Dans les parties cinq et six du "Discours de la méthode" on découvre la figure scientifique de Descartes, moins connue, on oublie souvent que le "Discours de la méthode" était une introduction à un certains nombres d’essais scientifiques. Mais il y a un livre qu’il n’a pas pu mettre pour des raisons qu’il explique dans ces parties cinq et six, un grand traité de physique écrit dans les années 1630 et abandonné à cause de la condamnation de Galilée parce qu’il y défendait l’héliocentrisme. Dans ce grand traité de physique il y avait tout un traité d’anatomie. Ce qu’on ne sait pas toujours c’est que Descartes, quand il était en Hollande dans les années 1630, habitait dans le quartier des bouchers et il y a pratiqué toutes sortes d’anatomies.
David Rabouin

Le but de la philosophie, une visée pratique

Jusqu’à la fin de son œuvre, Descartes insiste beaucoup sur le fait que pour lui, la philosophie a une visée essentiellement pratique, on a tendance à l’oublier parce qu’on voit Descartes à travers le doute méthodique mais on oublie que lorsqu'il échange avec Élisabeth de Bohême en 1643 il lui dit qu’il faut passer quelques heures par jour à ce qui concerne l’imagination et très peu d’heures dans l’année à ce qui concerne l’entendement et le reste du temps il faut vaquer à ses occupations, et les occupations de Descartes c’était précisément de l’anatomie, des recherches mécaniques... Chez Descartes il y a vraiment cette idée que le but de la philosophie et le but des sciences c’est vraiment une visée pratique qui doit amener un accroissement du bien-être humain. Donc la médecine est vraiment un élément essentiel de ce dispositif avec la mécanique et aussi une visée pratique du côté de la morale.
David Rabouin

Descartes et les expériences

L’idée de Descartes est qu’on doit s’intéresser à la métaphysique et à la physique parce qu’elles servent de fondement pour faire de la médecine et pour faire de la mécanique. Il tient à ces fondements, c’est ce qu’il raconte dans le "Discours", s’il s’est engagé dans ce grand traité nommé "Le Monde" c’est parce qu’il y a un certain nombre de fondements métaphysiques selon sa méthode qu’il faut absolument élucider et après on peut dériver l’ensemble des phénomènes à partir de ces fondements. Mais en même temps, il insiste beaucoup sur le rôle des expériences : il a fait des dissections, des expériences physiques, pour arriver à élaborer ses théories…
David Rabouin

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire