Art. 1: « Le Grand Orient de Belgique, obédience masculine, maillon de la franc-maçonnerie universelle, demande à celui qui se présente à l’Initiation d’être honnête homme et d’être capable de comprendre et de propager les principes maçonniques. Il exige de ses membres, la sincérité des convictions, le désir de s’instruire et le dévouement. Il forme une société d’hommes probes et libres qui, liés par des sentiments de liberté, d’égalité et de fraternité, travaillent individuellement et en commun au progrès social, et exercent ainsi la bienveillance dans le sens le plus étendu ».
« La pensée ne doit jamais se soumettre, ni à un dogme, ni à un parti, ni à une passion, ni à un intérêt, ni à une idée préconçue, ni à quoi que ce soit, si ce n'est aux faits eux-mêmes, parce que, pour elle, se soumettre, ce serait cesser d'être. » Henri Poincaré

« Mal nommer les choses c'est ajouter au malheur du monde. » Albert Camus

« Autant peut faire le sot celui qui dit vrai que celui qui dit faux, car nous sommes sur la manière non sur la matière. » Michel Montaigne

« L'homme n’est pas un empire dans un empire. » Baruch Spinoza
« Democracy Dies in Darkness »

Saisir des mots clefs à rechercher

dimanche 20 octobre 2019

La fabrique des pauvres | France culture 17/09/2018



S'il est compliqué de s'accorder sur une définition de la pauvreté, il faut se rappeler que celle-ci n'est pas qu'une affaire de chiffres ! Revenons sur les particularités d’une notion complexe et interrogeons le sentiment de pauvreté comme le regard que nous posons sur lui.

Un cliché de la pauvreté
Nouvelle semaine consacrée à la pauvreté après la présentation d’un plan de lutte par le gouvernement la semaine dernière... 

Une pauvreté économique bien sûr mais aussi sociale et culturelle… dès 1849, Victor Hugo s’insurgeait contre l’incapacité de la société à éradiquer l’extrême misère dans un grand discours devant l’Assemblée constituante… 

Il évoquait alors « ces rues, ces maisons, ces cloaques, où des familles entières, vivent pêle-mêle, hommes, femmes, jeunes filles, enfants, n’ayant pour lits, n’ayant pour couvertures, que des monceaux infects de chiffons en fermentation » »

Un siècle et demi plus tard, quels sont les nouveaux visages de la pauvreté ? 
Comment la définir et comment la mesurer ? 
Et qu’est-ce que nos représentations du dénuement disent de notre société ?

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire