Rechercher dans ce blog ? Entrez vos mots-clés !

mercredi 16 octobre 2019

∆∆∆ Jean Ziegler : Pourquoi il faut détruire le capitalisme ? | Thinkerview 14 juin 2019




Qui se cache derrière Thinkerview, la chaîne YouTube qui surfe sur le mouvement des "gilets jaunes" ?

La chaîne, qui mise sur la longueur de ses interviews réalisées avec sobriété, a gagné près de 150 000 abonnés en six mois. L'homme à la tête de ce succès se fait appeler Sky et préfère rester dans l'ombre. 

Un fond noir, un simple fauteuil et un invité qui répond aux questions d'un mystérieux intervieweur pendant une à deux heures, voire plus. La recette de Thinkerview paraît minimaliste, mais le succès est au rendez-vous. Lancé avec peu de moyens il y a plus de six ans, le concept de ces longs entretiens, diffusés en direct et relayés sur les réseaux sociaux, a trouvé son public.

Six mois après le début du mouvement des "gilets jaunes", lundi 20 mai, la chaîne YouTube rassemble plus de 360 000 abonnés, soit plus de 130 000 de plus qu'en novembre, indique le site socialblade. Même si l'audience des 155 vidéos en ligne reste aléatoire (voir le graphique ci-dessous), certaines franchissent régulièrement la barre des 500 000 vues. L'interview de l'avocat Juan Branco a même dépassé le million.

"Je pense que le succès est 'décorrélé' des 'gilets jaunes'", assure au téléphone celui qui se fait appeler Sky, cette voix bien connue des abonnés de Thinkerview. "Il y a peut-être eu des 'gilets jaunes' qui se sont abonnés après la vidéo de Juan Branco, mais je pense surtout qu'on a franchi un palier sur YouTube", estime-t-il. "Nous faisons des interviews aux perspectives alternatives dans un monde aux informations formatées", explique le site Thinkerview. La marque a adopté un cygne noir comme logo, un clin d'œil à la théorie du cygne noir (expliquée dans cet article de Challenges), soit un événement qui a peu de chances de se produire mais qui, s'il se produit, a des conséquences considérables.

Les invités viennent d'horizons divers avec une petite préférence pour les intellectuels iconoclastes et les contestataires de tous bords, de l'ancien ministre grec Yanis Varoufakis à l'historien et essayiste Emmanuel Todd, en passant par les journalistes Natacha Polony et Laurent Obertone ou encore la coqueluche des "gilets jaunes" Etienne Chouard. "On est au milieu de toutes les communautés qui s'écharpent sur internet, de l'extrême droite à l'extrême gauche, explique Sky. On cherche à créer un terrain neutre pour que tout le monde puisse échanger."

Indépendance financière

Sky a lancé ce projet fin 2012 avec le journaliste Marc Ullmann. "J'étais dans un think tank où je me faisais chier comme un rat mort et 'le vieux' [Marc Ullmann] m'a poussé à continuer le projet", raconte Sky en rendant hommage à ce "parrain" mort en 2014. Après avoir fonctionné grâce notamment au bénévolat d'une petite équipe à la production, le média vient enfin de se structurer financièrement. Quelque 2 200 contributeurs versent à l'heure actuelle environ 17 000 euros par mois via la plateforme de financement Tipee. "On a besoin de 14 700 euros pour ne pas être dans le rouge, assure Sky. Désormais, je peux me verser un salaire (environ 2 200 euros par mois) et payer l'équipe technique."

"Les Tipeurs sont notre seule source de revenus, poursuit-il. On va peut-être toucher des droits d'auteur via la Scam [Société civile des auteurs multimédia]. Mais on ne veut pas d'argent de YouTube, donc on n'a pas de publicité sur nos vidéos." Il envisage désormais la commercialisation de produits dérivés pour continuer à développer son activité. Pour le reste, difficile d'en savoir plus sur le budget ou la composition de l'équipe. Ce hacker revendiqué, qui appelle en numéro masqué, a tendance à choisir les questions auxquelles il répond et refuse de trop en dire sur lui. "Moins on en dit sur nous, mieux on se porte", explique-t-il en évoquant des messages malveillants et des menaces de mort envoyés, selon lui, par des réseaux complotistes.

"Il aime jouer du mystère"

"Ce qui est important, c'est le message, pas le messager", martèle-t-il au téléphone. "Raoul, Fabrice, Sky ou Bertrand.... Il a plein de pseudos différents. Il baigne dans cette culture des hackers", raconte le journaliste Denis Robert, un habitué de Thinkerview avec trois vidéos au compteur. "Il aime jouer du mystère. Moi, je l'ai toujours connu sous le nom de code 'turbo viagra'", s'amuse le journaliste de France Télévisions Hervé Brusini, qui a participé à l'émission et rencontré plusieurs fois cet homme âgé, selon lui, d'une quarantaine d'années. "Il n'a pas du tout le culte de la personnalité. Montrer sa tête dans les journaux, ce serait pour lui une sorte d'impudeur", explique Denis Robert. "C'est le pendant de tous les youtubeurs qui sont face caméra et qui crient moi, moi, moi !", complète l'humoriste Guillaume Meurice, qui a testé Thinkerview en 2017.

"La première fois que je l'ai rencontré, il a pris mon portable et l'a mis dans une boîte, comme dans les films." Hervé Brusini à franceinfo

"Le dispositif de l'interview peut faire sourire. L'homme est dans une espèce de zone d'ombre et se la joue un peu 'ange noir'", poursuit Hervé Brusini. "Il y a tout un décorum, le fond noir, le fait qu'on ne voit jamais sa gueule [à l'écran]...", ajoute Guillaume Meurice. Ce format est aussi l'une des explications de la réussite de ce concept. "Il a sa musique, son style sans complaisance. C'est très sobre, voire économe. La priorité est accordée au mot et même au silence respecté après la question posée", estime le journaliste Hervé Brusini.

"Il faut absolument que j'aille pisser"

Le fond avant la forme. Energie, finance, terrorisme, cyberdéfense, écologie... Thinkerview n'hésite pas à s'attaquer à des sujets arides et revendique de mettre en ligne des interviews sans "interruption, ni coupe, ni montage". Une formule qui a récemment séduit Jean-Luc Mélenchon, qui est resté deux heures et 40 minutes devant la caméra. "C'était dense et ça aurait encore pu durer. Il aime bien ces formats sur internet où tu as le temps de développer, explique l'entourage du leader de La France insoumise. C'est un genre de conversation, il le vit comme s'il était en train de parler avec des gens dans la rue."

"Ce qui fait la force de Thinkerview, c'est un temps de parole aussi long que nécessaire, ajoute le collectif Les parasites, qui a aidé bénévolement au développement de l'émission à partir de 2015, avant de la quitter. "Il s'autorise aussi la nuance et se permet de poser toutes sortes de questions sans tabou et sans préjugé." La plateforme privilégie désormais le direct, ce qui peut provoquer des scènes insolites, comme ce moment où Sky annonce devoir s'absenter pour une pause-pipi en pleine interview face à Laurent Obertone : "Il faut absolument que j'aille pisser." De quoi déstabiliser légèrement l'invité.

Sky joue de cette spontanéité pour mener ses interviews. "Il cultive la remise en question dans une modalité à la fois provocante et souriante. Le type bouscule, et le mot est faible, analyse Hervé Brusini. Il y a une forme de corps à corps avec les idées, un jeu du chat et de la souris." Selon lui, la carrure imposante de l'intervieweur renforce cette impression. Il n'hésite pas à couper la parole et à déstabiliser par un questionnement tous azimuts sur les thèmes qu'il a choisis, quitte à déstabiliser l'invité. "T'as vraiment décidé de m'interroger sur tous les thèmes où je ne me sens pas..." s'étonne le député François Ruffin (La France insoumise) lors de son interview.

"Mais dis donc, t'interromps vachement, t'interromps plus que Bourdin, tu sais."
François Ruffin sur Thinkerview

"Il joue un peu le mec rentre-dedans. Il a un plaisir à pousser la discussion jusqu'au bout, ça change de la superficialité de certaines émissions", observe de son côté Guillaume Meurice. Mais ce ton ne fait pas l'unanimité. "Ce mec est pédant, hautain", "il coupe les invités aux meilleurs moments de leur réflexion", "il joue les petits professeurs", regrettent des internautes sur Reddit et sur le forum Blabla 18-25 ans du site jeuxvideo.com. "Il y a une certaine arrogance dans la manière, parfois, de poser les questions, reconnaît une proche de Jean-Luc Mélenchon. Mais au moins, il n'essaye pas de faire cracher à l'invité des trucs qu'il ne veut pas dire, ce qui est parfois le cas dans les médias traditionnels."

"Derrière son côté 'ours mal léché', il travaille ses interviews, il a une vraie curiosité. Et il n'est pas du tout dans la morale ou dans l'idéologie", assure Denis Robert. "Je me contente de poser les questions, je ne suis pas là pour donner mon avis", confirme Sky. L'homme se dit "apolitique" et les rares fois où il vote, il glisse un bulletin blanc dans l'urne. Il ne cache pas, en revanche, son empathie envers le mouvement des "gilets jaunes" : "Ce sont les canaris dans la mine de la mondialisation. Ils sentent le coup de grisou... Ils sont en train de crever un à un, il n'y a plus rien dans le frigo..."

"Oui, je suis en colère. C'est toujours les plus faibles qui morflent dans cette mondialisation prédatrice et sans cœur." Sky, de Thinkerview à franceinfo

Même si Sky s'en défend, par le choix des invités et la formulation des questions, une ligne éditoriale se dégage de Thinkerview. "Il a ses têtes. Il a une grille de lecture avec la remise en cause de tout ce qui a pignon sur rue, avec la volonté de bousculer l'ordre établi, l'establishment médiatique, confirme Hervé Brusini. Il hacke les médias. Il est du parti des hackers. On ne sait pas trop où mettre ce parti, mais le gars veut foutre le bordel."

"Une culture complotico-compatible"

L'attirance pour la contestation du système en place le conduit à inviter des gens qui flirtent parfois avec les thèses conspirationnistes. "Même s'il invite parfois des invités intéressants, on sent qu'il y a une culture complotico-compatible, qu'on est dans la culture du caché, estime Rudy Reichstadt, directeur de Conspiracy Watch, un site web consacré à l’information sur le phénomène conspirationniste. "Il invite des gens comme Michel Collon, Kémi Séba, Etienne Chouard ou encore Juan Branco, qui participent de cette mouvance complotiste. Il contribue à banaliser la parole de ces gens-là, qui n'élèvent pas le débat. Il leur donne une légitimité, une caution évidente et accroît leur audience."

I"ls ont une vision de la démocratie qui serait un théâtre d'ombres, avec l'idée que ceux qui gouvernent réellement ne sont pas ceux que l'on croit." Rudy Reichstadt, directeur de Conspiracy Watch à franceinfo

Un reproche balayé avec lassitude par Sky : "On trouve que c'est complètement contre-productif de ne pas leur donner la parole, parce que les mecs ensuite se réfugient entre eux sur internet et ça donne le pire du conspirationnisme." Il met aussi en avant la plateforme de fact-checking Captain Fact, qui permet à la communauté Thinkerview d'apporter la contradiction aux invités pendant les directs. "Avec notre format, on en déradicalise un certain nombre, notamment ceux qui vont regarder les sources du fact-checking", estime Sky. "Mais le complotisme, ce n'est pas que de la fausse information, conteste Rudy Reichstadt. C'est aussi des insinuations, des choses invérifiables."

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire