RECHERCHER DANS CE BLOG

mardi 1 octobre 2019

Biais cognitifs : la fabrique des histoires | France culture 30/09/2019



Que sont les biais cognitifs ? Quels sont les différentes types de biais cognitifs ? Comment influencent-ils nos prises de décision ? Quels sont les mécanismes cognitifs permettant leur mise en oeuvre et pourquoi ? Quelle est l’influence des émotions sur les biais cognitifs ?

Les biais cognitifs sont des mécanismes intuitifs et systématiques
qui altèrent notre raisonnement.
En cette période de « post-vérité », pourquoi est-il si difficile de ré-implémenter de la raison dans notre approche de l’information, démultipliée par les réseaux que nous fréquentons de plus en plus assidûment, peut-être parce que nous sommes, dans ce bombardement informatif, de plus en plus victimes de nous-mêmes, à savoir de nos biais cognitifs et que les pourvoyeurs de fake news jouent, consciemment ou non, sur ces distorsions intérieures qui déforment notre perception du réel. 

C’est pourquoi nous vous proposons, aujourd’hui, un petit guide pratique pour réapprendre à penser contre soi.

Et pour essayer de remettre tout ça d’aplomb et de débiaiser ces petites cellules grises du mieux possible, nous avons le plaisir de recevoir aujourd’hui Olivier Houdé, professeur de psychologie à l’Université de Paris et directeur honoraire du laboratoire CNRS de Psychologie du Développement et de l’Education de l’Enfant et Stefano Palminteri, chercheur en neurosciences cognitives, chargé de recherche INSERM dans l’équipe « apprentissage du renforcement » du laboratoire Neurosciences cognitives et computationnelles de l’Ecole Normale Supérieure de Paris.

Penser "vraiment", c'est penser contre soi. Olivier Houdé

Le reportage du jour

Wim de Neys dirige le projet Diagnor au sein du Laboratoire de Psychologie du Développement et de l'Éducation de l'Enfant, rattaché à l’Université Paris-Descartes. Ce projet a pour objectif de diagnostiquer pourquoi un individu X ou Y est biaisé, en croisant l’étude sur le plan comportemental, physiologique et neurologique. Les premiers résultats montrent clairement que nous ne sommes pas tous égaux face aux biais : certaines personnes face à un problème, parviennent à inhiber naturellement leur intuitions erronées pour donner une bonne réponse, alors que d’autres personnes n’en sont pas capables.

Etudier les raisons de ces différences est donc un enjeu, pour optimiser la prévention des biais, et par extension, les programmes éducatifs. Par Céline Loozen et Alexandra Delbot :

>>> https://www.franceculture.fr/emissions/la-methode-scientifique/la-methode-scientifique-emission-du-lundi-30-septembre-2019

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire