Art. 1: « Le Grand Orient de Belgique, obédience masculine, maillon de la franc-maçonnerie universelle, demande à celui qui se présente à l’Initiation d’être honnête homme et d’être capable de comprendre et de propager les principes maçonniques. Il exige de ses membres, la sincérité des convictions, le désir de s’instruire et le dévouement. Il forme une société d’hommes probes et libres qui, liés par des sentiments de liberté, d’égalité et de fraternité, travaillent individuellement et en commun au progrès social, et exercent ainsi la bienveillance dans le sens le plus étendu ».
« La pensée ne doit jamais se soumettre, ni à un dogme, ni à un parti, ni à une passion, ni à un intérêt, ni à une idée préconçue, ni à quoi que ce soit, si ce n'est aux faits eux-mêmes, parce que, pour elle, se soumettre, ce serait cesser d'être. » Henri Poincaré

Saisir des mots clefs à rechercher

lundi 5 août 2019

Cellules souches : les prémices de la médecine régénérative | France culture 04/01/2017



Qu'est-ce qu'une cellule souche ? Quels sont les différents types de cellules souches ? Comment sont-elles actuellement utilisées en recherche ? Quelles sont les dérives possibles ? Quelles perspectives thérapeutiques peut-on envisager ?

Cellules souches embryonnaires 
humaines
A: Cellules souches humaines
encore indifferenciées.
B: Cellules nerveuses
Au mois d’octobre dernier, 26 souriceaux sont nés en laboratoires, à partir d’ovules fécondés, jusque-là rien que de très normal si ce n’est que ces ovules ont été produits à partir de cellules de la peau.

C’est dire l’ampleur de la révolution médicale que l’on peut espérer des avancées de la recherche sur les cellules souches : reconstituer des organes endommagés, lutter contre des maladies dégénératives, en finir avec les problèmes de rejet de greffons.

Mais malgré toutes ces promesses d’une médecine révolutionnaire, les cellules souches posent encore de nombreuses questions.

Cellules souches : les prémices de la médecine régénérative ? 

C’est le problème que La Méthode scientifique va tâcher de résoudre dans l’heure qui vient.

Et pour évoquer ces perspectives thérapeutiques vertigineuses, La Méthode scientifique a le plaisir d’accueillir deux des plus grands spécialistes de la question.

Marc Peschanski, directeur de recherche à l’INSERM, et directeur scientifique de l’Institut des cellules souches pour le Traitement et l’Etude des Maladies Monogéniques, et Pierre Savatuier, également directeur de recherche à l’INSERM, à l’Institut souche et cerveau de Bron.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire