Rechercher dans ce blog ? Entrez vos mots-clés !

dimanche 14 juillet 2019

Notre F:. Candide Guy V sur la " Tolérance "

Mon billet voltairien de ce midi sera consacré à la Tolérance... une des principales Vertus cardinales de l'arsenal Maçonnique avec Liberté - Égalité - Fraternité - Laïcité - Humanisme.

Pour mémoire, rapidement, le Dictionnaire des synonymes indique aussi "Indulgence, Compréhension, Condescendance" voire... “Patience et Coexistence pacifique” !

Le Dictionnaire étymologique rappelle l'origine latine du mot (Tolerare) mais aussi l'évolution dans son acception actuelle. Mais, sans surprise, c'est l'évolution vers les Lumières au XVIe siècle qui va transformer le mot en un sens positif, en parallèle avec la réflexion sur la Liberté de Pensée et, surtout, sur la notion de Laïcité comme attitude de refus de toute domination anti-libertaire, en particulier des religions, surtout catholique (d'où la reprise, plus tard, en Maçonnerie). Je rappelle à ce sujet, en particulier, la formule républicaine du début de XXe siècle qui reste vraie, à savoir que " La Loi protège la Foi tant que la Foi ne prétend pas lui dicter la Loi ".

Enfin, pour les bilingues, je rappelle qu'en Néerlandais, il se traduit par "Verdraagzamheid' soit un sens proche de "supportable/aptitude à supporter".

On peut également définir la Tolérance par son inverse, l'Intolérance, soit le refus absolu et catégorique d'admettre une pensée, un acte qui serait de nature différente des siennes.
Tolérance, Vertu suprême ou mot abject... "Il y a des maisons pour cela", disait un jour Paul Claudel, écrivain catholique.

Mot, en tous cas, dont la définition cohérente est difficile à établir de façon unanime. Étrange Vertu, en effet, au sens paradoxal, ambigu, contradictoire, plutôt négatif... c'est beaucoup pour une Vertu cardinale en tout cas exaltée en Maçonnerie alors qu'étonnement, aucun outil symbolique ne la représente. Peut-être la Truelle (en forme de cœur) emblématique de la Bienveillance éclairée, fraternelle et universelle et de "large Tolérance" (sic), s'en rapproche. Mais l'une n'est pas l'autre...

Quant à ses autres définitions des Textes et Dictionnaires, elles sont multiples et variées, de générales à plus restrictives:

* Admettre l'opinion d'autrui lorsque cette opinion est contraire à la nôtre ou à l'opinion dominante/officielle.

* Admettre ou respecter des postures intellectuelles qui présupposent une dissymétrie fondamentale dans les relations à autrui.

* Sans abandonner ses propres convictions mais en s'interdisant tout acte de force brutale, entrer dans une discussion contradictoire non agressive ou passionnelle.

Reconnaissons toutefois la grande difficulté d'être Tolérant dans des situation de Vérité disons "difficilement contestables" (scientifiques, expérimentales, mathématiques, etc...)

Aussi, dans des rapports de forces très particulièrement déséquilibrés.

Mot particulièrement galvaudé ces jours-ci en référence au clivage de plus en plus prononcé entre religieux chrétiens catholiques (voire protestants) et de la progression constante dans l'abandon de la Foi au profit d'une Laïcité généralisée, dans la plupart de pays évolués culturellement et intellectuellement. Également, dans les conflits actuels dans ou contre les mondes musulmans entre islamistes extrémistes et pratiquant même modérés; les laïcs ayant leurs propres revendications dans ces conflits ou guerres locales, étant souvent, malheureusement, minoritaires.

Ceci nous amène déjà à des conclusions immédiates :

* Qu'il y a une frontière absolue entre le tolérable et l'intolérable. On ne peut tolérer Mein Kampf, on ne peut tolérer les camps de concentrations et les fours crématoires, ni le gazage récent des populations syriennes, ni Oradour- s/Glanes...

* Il faut éventuellement se référer à la Loi en vigueur ou à la Juridiction pour déterminer l'un de l'autre.

* Si l'on se trouve dans une situation ou face à des interlocuteurs en opposition, il faut au préalable bien déterminer les critères d'appréciation en vigueur dans la situation donnée et évaluer sa stratégie personnelle dans le cas présent.

* Ne jamais considérer la Tolérance comme une "obligation" à se départir de ses droits qu'ils soient intellectuels ou matériels.

En termes plus simples, "Les limites de la Tolérance sont celles où l'Intolérance peut et veut tuer la Tolérance en se servant de l'Esprit de Liberté que permet la Tolérance".

Recherche du compromis, peut-être, mais pas de compromission.

Conclusions personnelles :

Elle est très certainement un moyen/une alternative à des discussions/négociations dans un climat serein et propice, constructif, fraternel pour arriver à un accord négocié,... pour autant, je l'ai déjà dit, que les deux parties l'acceptent... Pour moi, en Maçonnerie, c'est un mot à user avec modération et un acte éventuel à poser avec circonspection, en se rappelant que la Maçonnerie est un "Art de Vivre" d'inspiration philosophique et non pas une religion. 

J'ai dit, V'M'

Guy V

1 commentaire:

  1. La Tolérance a aussi sa définition en Mécanique. C'est la distance "admissible" entre une pièce en mouvement par rapport à une surface de référence fixe. (Ex: Piston dans Cylindre des moteurs). Cette distance "tolérable" peut être minime ou plus large suivant la "finalité ultime" de l'Objet Mécanique. L'analogie philosophique morale me semble, personnellement, évidente.

    Candide Mécaniste

    RépondreSupprimer