RECHERCHER DANS CE BLOG

lundi 22 juillet 2019

NANOTECHNOLOGIE SECONDE REVOLUTION QUANTIQUE | ARTE 2017



La Révolution quantique est une révolution scientifique apportée par la découverte de la physique quantique. Elle trouve son origine dans les travaux de Max Planck sur le rayonnement du corps noir en 1900.

Cette révolution implique l'abandon de l'idéal laplacien du déterminisme, et a eu des répercussions épistémologiques jusqu'au tréfonds des sciences humaines. Cela se traduit par exemple, en France, par la création de l'école des annales en histoire.

La physique quantique a déjà révolutionné le XXe siècle, en rendant entre autres possibles des événements aussi importants que l’essor de l’informatique, la mise au point du téléphone portable, de l’Imagerie par résonance magnétique (IRM), ou du Global Positioning System (GPS).

Un calculateur quantique (anglais quantum computer parfois traduit ordinateurnote 1 quantique, ou système informatique quantique1), utilise les propriétés quantiques de la matière, telle que la superposition et l'intrication afin d'effectuer des opérations sur des données. À la différence d'un ordinateur classique basé sur des transistors qui travaille sur des données binaires (codées sur des bits, valant 0 ou 1), le calculateur quantique travaille sur des qubits dont l'état quantique peut posséder plusieurs valeurs.

De petits calculateurs quantiques ont été construits à partir des années 1990. Jusqu'en 2008, la difficulté majeure concerne la réalisation physique de l'élément de base : le qubit. Le phénomène de décohérence (perte des effets quantiques en passant à l'échelle macroscopique) freine le développement des calculateurs quantiques. Le premier processeur quantique est créé en 2009 à l'université Yale : il comporte deux qubits composés chacun d'un milliard d'atomes d'aluminium posés sur un support supraconducteur.

Ce domaine est soutenu financièrement par plusieurs organisations, entreprises ou gouvernements en raison de l'importance de l'enjeu : au moins un algorithme conçu pour utiliser un circuit quantique, l'algorithme de Shor, rendrait possible de nombreux calculs combinatoiresnote 2 hors de portée d'un ordinateur classique en l'état actuel des connaissances. La possibilité de casser les méthodes cryptographiques classiques est souvent mise en avant.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire