RECHERCHER DANS CE BLOG

dimanche 21 juillet 2019

Les espions du Président : les États-Unis | France culture 13/07/2019



Les États-Unis disposent des services de renseignements les plus puissants au monde. Patriote, le peuple américain entretient des liens très particuliers avec ses espions, souvent érigés au rang de héros. Ces derniers vous emmènent dans les arcanes de l'espionnage à l'américaine...

Le logo de la CIA sur le sol du siège de la CIA
à Langley, en Virginie
Quoi de plus représentatif qu'un musée dédié à l'espionnage pour rendre compte de la relation qu'entretient le peuple américain vis-à-vis de ses espions ?

À Washington, il y a le "spy museum".

A première vue, ce n'est rien d'autre qu'un Disneyland des espions, mais à y regarder de plus près, cette succession de salles à la gloire de la CIA et de la NSA témoigne du lien très particulier qu'entretiennent les États-Unis avec leurs services de renseignement.

Le spy museum passe toute l'histoire américaine au prisme de l'espionnage. Le père fondateur de la Nation, George Washington est ainsi présenté comme le premier et le plus grand espion de l'histoire américaine. Toutes les grandes dates de l'histoire américaine, depuis l'indépendance jusqu'à l'assassinat de Ben Laden sont envisagées du point de vue des espions.

C'est dire toute la mythologie qui a cours aux USA : on prend la mesure du patriotisme exacerbé de certains professionnels du renseignement américain.

Pierre Gastineau et Philippe Vasset ont rencontré ces grands pontes du renseignement américain, qui nous emmènent dans les arcanes de l'espionnage de la première puissance mondiale.

William Green est un de ceux qui ont travaillé pour la Central Intelligence Agency : il est un pur produit du renseignement américain et il nous fait rentrer dans sa tête d'espion et revient sur son entrée à la CIA.

À cause de la seconde guerre mondiale, puis de la guerre froide, le monde vu des États-Unis apparaissait séparé entre le bien et le mal et notre Président de l'époque, Ronald Reagan, qualifiait volontiers certains adversaires de maléfiques. La mentalité à l'époque était qu'il fallait défendre les intérêts de l'occident, la démocratie, notre culture, notre identité. C'était une motivation importante pour des jeunes gens comme moi de travailler pour le gouvernement. William Green

Les opérationnels de la CIA entrent à l'agence jeunes et ils y passent ensuite toute leur vie. Mais dès qu'on atteint les hautes sphères de l'agence, les profils se diversifient.

Notre second interlocuteur est arrivé au renseignement après être passé par l'armée. Nous le rencontrons dans l'un des cercles les plus fermés de la capitale américaine : le Cosmos, archétype du club de patriciens WASP de la côte Est des États-Unis, le club est réservé à des personnalités toutes triées sur le volet...

Cet interlocuteur, c'est David Petraeus pour qui la direction de la CIA est venu clore une carrière militaire bardée de titres et de médailles. Mais les militaires ne sont pas les seuls à pouvoir prétendre prendre la tête de la CIA, en effet, bon nombre d'anciens directeurs de la CIA sont des hommes politiques

David Petraeus (à droite) aux côtés de Barack Obama
et de Joe Biden en 2010, lorsqu'il était chef des forces
de l'OTAN en Afghanistan
Servir comme directeur de la CIA est franchement assez fascinant car vous avez accès à de nombreuses fonctionnalités, que je trouve très stimulantes, et  l'opportunité assez incroyable de continuer ce que j'avais commencé en tant que militaire. David Petraeus

Ce dernier nous explique les ressorts de la direction de l'agence américaine de renseignement :

Vous avez d'un côté les équipes d'analystes de la CIA : ce sont des gens qui passent leur vie à développer une expertise extrêmement pointue sur certaines régions du monde ou sur certaines problématiques, et ce sont vraiment les meilleurs. [...] C'est très stimulant, c'est une grande chance. D'un autre côté vous avez la direction des opérations et surtout le National Clandestine Service -les vrais espions- qui sont engagés dans des missions de haut-vol avec des implications énormes. Certains d'eux opèrent en actions clandestines comme voler des secrets, recruter des sources, déployer des outils pour capter des secrets. Ils sont investis dans leur mission, très créatifs et innovants. David Petraeus

À côté de ses cerveaux et de ses muscles, la CIA abrite également ses geeks, qui prennent aujourd'hui de plus en plus d'importance...

Comment décrire le quotidien d'un agent ? [...] Je parle des agents de la direction des opérations, les "case officers". L'entraînement qu'on nous donnait était différent selon l'endroit où on nous envoyait. [...] Le plus important, c'était de comprendre ce qui se passait en Union Soviétique : c'était eux la principale préoccupation. Comprendre ce qu'ils essayaient de faire dans les démocraties occidentales, comprendre qui étaient leurs agents, où ils se trouvaient et être en mesure d'aller les rencontrer. Une grande partie de notre activité consistait à comprendre qui étaient nos adversaires. William Green

Plongez grâce aux récits de ces témoins dans les arcanes du plus puissant service de renseignement.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire