RECHERCHER DANS CE BLOG

dimanche 21 juillet 2019

L'aristocratie de l'espionnage : le Royaume-Uni | France culture 06/07/2019



Aucun autre pays n'a su faire de ses hommes de l'ombre une telle mythologie nationale. Au Royaume-Uni, les espions sont des princes. On les célèbre au cinéma, à la télévision et sur les étagères des libraires. D'anciens membres du renseignement britannique nous racontent ses coulisses.

Le logo du Mi6
Premier épisode de Conversations Secrètes, qui vous emmène tout l'été dans les rouages des agences de renseignement.

Aujourd'hui : le Royaume-Uni et son emblématique Mi6, célèbre car porté à l'écran de nombreuses fois et incarné par James Bond.

Dans les coulisses du Mi6

Philippe Vasset et Pierre Gastineau sont allés à la rencontre de ceux qui ont travaillé au renseignement britannique, pour en comprendre le fonctionnement, ses réseaux et ses travers.

Sir Richard Dearlove, qui a dirigé le Mi6 de 1999 à 2004 explique ce qui fait la spécificité des services secrets britanniques par rapport à leurs homologues européens :

Il y a une différence culturelle significative entre la communauté du renseignement au Royaume-Uni et son homologue en France. Au Royaume-Uni, le renseignement est une profession reconnue, qui a toujours attiré des gens qui auraient pu choisir n'importe quel autre secteur et réussir. C'est notamment parce que les services secrets ont été constitués comme une part importante du gouvernement, et ce depuis le début des années 1930. Sir Richard Dearlove

Une autre différence significative est le parcours des membres du renseignement britannique, explique Sir Richard Dearlove :

Quand j'ai eu mon diplôme de Cambridge dans les années 1960, j'avais l'intention d'entrer au ministère des affaires étrangères, mais j'ai fini par entrer dans les services secrets, qui étaient considérés comme une carrière prestigieuse. Je sais que ce n'est pas le cas en France et que les gens qui intègrent la DGSE et son ancêtre, le SDECE ont longtemps été des militaires et non pas des universitaires. Sir Richard Dearlove

"Les espions sont non seulement à Cambridge, mais aussi à la chambre des Lords", rappelle Philippe Vasset, qui est allé rencontrer les "sécurocrates" reconvertis en politique et notamment la baronne Pauline Neville-Jones, une exception dans le monde sexiste du renseignement d'outre-Manche.

Les hauts fonctionnaires peuvent entrer à la chambre des Lords. J'ai plusieurs collègues dans ce cas, et plusieurs d'entre eux sont d'anciens responsables du renseignement. [...] Je pense que le système politique est plus sain si les membres sont issus de tous les secteurs de la société. L'une des choses que je n'aime pas dans la politique moderne est que les parlementaires sont de plus en plus souvent d'anciens assistants qui ont gravi les échelons d'un système depuis leur plus jeune âge sans jamais faire autre chose que de la politique. Pauline Neville-Jones

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire