Art. 1: « Le Grand Orient de Belgique, obédience masculine, maillon de la franc-maçonnerie universelle, demande à celui qui se présente à l’Initiation d’être honnête homme et d’être capable de comprendre et de propager les principes maçonniques. Il exige de ses membres, la sincérité des convictions, le désir de s’instruire et le dévouement. Il forme une société d’hommes probes et libres qui, liés par des sentiments de liberté, d’égalité et de fraternité, travaillent individuellement et en commun au progrès social, et exercent ainsi la bienveillance dans le sens le plus étendu ».
« La pensée ne doit jamais se soumettre, ni à un dogme, ni à un parti, ni à une passion, ni à un intérêt, ni à une idée préconçue, ni à quoi que ce soit, si ce n'est aux faits eux-mêmes, parce que, pour elle, se soumettre, ce serait cesser d'être. » Henri Poincaré

Saisir des mots clefs à rechercher

vendredi 15 mai 2020

L'antisionisme comme humanisme des imbéciles, par notre F Joël K 15/02/2018

Dans les moments de crise et/ou de mutations profondes de la société, l'irrationnel surgit volontiers, avec pour tâche assignée de débusquer d'imaginaires coupables, les fameux "boucs émissaires".

Ainsi, lors des crues de la Seine de 1910, Edouard Drumont, le Pape incontesté de l'antisémitisme français, accusa les Juifs du débordement de la Seine. C'est ainsi qu'un première page de La Libre parole, notre contempteur du capitalisme parce que supposé juif en vient à désigner les vrais coupables : "Les déboisements furieux opérés par les Juifs sont incontestablement la cause principale de l'inondation." Ainsi, si la Seine a débordé, c'est qu'elle a été retenue en amont. Or en amont, la ville de Paris a pratiqué des déboisements opérés par des banquiers juifs (?). CQFD. Aux yeux des antisémites, une catastrophe, fût-elle naturelle, a toujours un responsable : le Juif !

Cet habitus, qui culminera avec les Protocoles des Sages de Sion, ce faux, œuvre de la police secrète russe, qui fut le livre de chevet d'un certain caporal autrichien, a vraisemblablement une origine médiévale. Il semble surgir, en effet, vers l'an Mil, suite à la destruction, en 1009, du St Sépulcre par le Calife fatimide d'obédience chiite, Al-Hakim. On ne le sait que trop, cette destruction, à l'origine de la première croisade, provoqua en Occident de vifs mouvements de fonds, souvent des plus irrationnels. Elle poussa notamment le moine Raoul Glaber à désigner les Juifs comme les véritables commanditaires de l'infâme profanation. C'est de cette accusation infamante et absurde (les Juifs égyptiens furent les premières victimes du calife dément El Hakim) que naquit... l'antisémitisme et que surgirent les premières vagues de pogroms en Occident. Avant l'an Mil, les Juifs vivaient relativement paisiblement en nos villes et villages.

Depuis les croisades, cette pensée magique et Ô combien rassurante (la Mal a une explication) n'a cessé de hanter le monde occidental. Pour preuve, cet étonnant propos de Philippe Lioret, le réalisateur de l'excellent Welcome qui, le 14 septembre dernier, dans la matinale de France-Inter, désignait, ni plus ni moins, Israël comme le véritable responsable de l'actuel chaos migratoire. "J'ai un truc en tête depuis un moment dont je n'entends jamais parler dans les médias. Où elles sont les responsabilités de cette crise (ndla: de l'immigration) si on remonte dans le temps ? La Guerre des six jours par exemple. En 1967, les Israéliens sont rentrés en Cisjordanie et à Gaza. Ils ont spolié les Palestiniens. Est-ce que ça n'a pas été le début d'un truc terrible sur l'identité arabe, qui aujourd'hui nous amènerait à cette espèce d'intégrisme musulman." A croire le récipiendaire du Prix Lux, attribué par le Parlement Européen, faut-il le préciser ici, en récompense d'une œuvre illustrant l'universalité des valeurs européennes (!), le chaos contemporain, de la crise des réfugiés au surgissement de l'islamisme, procéderaient ni plus ni moins de la victoire israélienne en 1967. Il faut voir notre homme littéralement se tordre, feignant l'hésitation, avant de nous révéler son étonnante découverte : nos maux procèdent d'Israël. Il n'est pas dans mes intentions de déconstruire cette thèse tant elle est absurde et imbécile, au sens d'August Bebel s'entend.

On se souviendra du célèbre mot attribué au président du Parti social démocrate allemand selon lequel "l'antisémitisme (était) le socialisme des imbéciles". N'en déplaise à M. Lioret et, sans même évoquer l'absence de tout lien de cause à effet entre la guerre des six jours, les migrations européennes (albanaise, kosovare, etc.) et africaines (Soudan, Erythrée), on peut s'interroger sur la responsabilité de l'Etat juif s'agissant de la dictature d'Assad, des accords Sykes-Picot ou encore de la querelle opposant les tenants d'Ali à ceux d'Abu Bakr, bref les Chiites aux Sunnites.

Je m'en voudrais de ne pas terminer par cette célèbre blague qui illustre les fantasmes de tous ceux qui voudraient voir dans les (seuls) Juifs et/ou Israël les responsables du chaos mondial. Il s'agit de cette blague où un enseignant pétainiste tente de convaincre ses élèves de la malfaisance des Juifs : - "Croyez-moi mes enfants, les Juifs sont à l'origine de toutes les catastrophes ! - M'sieu et le Titanic c'est aussi leur faute ? - Précisément, mon cher garçon, c'est EISBERG le coupable ! » Du naufrage du Titanic à celui de la pensée, il n'y a qu'un pas que M. Lioret a tristement franchi. Lorsqu'on se sait incompétent (il n'a cessé de le répéter tout au long de son interview), mieux vaut effectivement se taire.

L'antisionisme est bien l'humanisme des incompétents ou, pour reprendre Bebel, des imbéciles.

Joël K

Aucun commentaire:

Publier un commentaire