Art. 1: « Le Grand Orient de Belgique, obédience masculine, maillon de la franc-maçonnerie universelle, demande à celui qui se présente à l’Initiation d’être honnête homme et d’être capable de comprendre et de propager les principes maçonniques. Il exige de ses membres, la sincérité des convictions, le désir de s’instruire et le dévouement. Il forme une société d’hommes probes et libres qui, liés par des sentiments de liberté, d’égalité et de fraternité, travaillent individuellement et en commun au progrès social, et exercent ainsi la bienveillance dans le sens le plus étendu ».

A sa création, le Grand Orient de Belgique est exclusivement masculin, ses loges n'initient que des hommes. Les loges peuvent cependant décider d'accueillir des sœurs selon des modalités propres à ces premières.

En septembre 2009, Bertrand Fondu, alors grand maître de l'obédience déclare, en référence à une commission d'étude interne sur la mixité que les travaux des loges seront pris en compte en ce qui concerne la création de loge mixte, masculine ou féminine. La réflexion juridique du Grand Collège du Grand Orient de Belgique se clôture un mois après. La conclusion parait dans la presse et annonce une position favorable à la mixité.

Le dimanche 16 février 2020, une assemblée générale extraordinaire historique composée de tous les représentants de l’obédience vote à la majorité de 70% la modification de ses statuts et règlements. Le GOB devient une confédération formée d’une fédération masculine, d’une fédération mixte et d’une fédération féminine.

« La pensée ne doit jamais se soumettre, ni à un dogme, ni à un parti, ni à une passion, ni à un intérêt, ni à une idée préconçue, ni à quoi que ce soit, si ce n'est aux faits eux-mêmes, parce que, pour elle, se soumettre, ce serait cesser d'être. » Henri Poincaré

« Que puis-je savoir ? - Que dois-je faire ? - Que m'est-il permis d'espérer ? » Emmanuel Kant

Saisir des mots clefs à rechercher

jeudi 25 juillet 2019

Game of Thrones, phénomène planétaire | France culture 28/04/2019



Comment expliquer le tel succès de Game of Thrones? Le Moyen Âge fantasmé et réinventé, les emprunts à Shakespeare, la violence et la perspective apocalyptique... autant de thèmes qui entrent en résonance avec nos sociétés.

16 avril 2019 à Berlin, le trône de glace
Game of Thrones est une « série sans intérêt qui (...) tourne à vide » avec un « résultat lourdaud qui décrit un un univers trop complexe pour être passionnant, à laquelle s'ajoute un trop plein de sexe et de violence

Ainsi parlait non pas le chroniqueur télé du Figaro mais celui des Inrocks lors de la diffusion des premiers épisodes de la série en France en 2013.

Et c’est vrai : Des personnages littéraires, complexes et nuancés, des dialogues intellos et philosophiques sur le pouvoir et la vanité de l’existence, une intrigue aussi difficile à suivre qu’une pièce de Shakespeare, une violence qui ne recule devant rien, et une vision du monde extraordinairement noire.

La série accumule tout ce qui n’est pas censé marcher dans la culture de masse, et pourtant, depuis son lancement par HBO en 2011, en 7 sept saisons Game of Thrones s’est imposée comme un phénomène planétaire sans équivalent. Selon The Hollywood Reporter, chaque épisode de la saison 7 a été suivi en moyenne par 31 millions de téléspectateurs sur la chaîne HBO, et d’après le  site Variety elle  avait été téléchargée illégalement ou regardée en streaming illégal plus d'1,03 milliards de fois à la fin de sa diffusion lors de l’été 2017. Game of Thrones est la série la plus « populaire » de l’histoire de HBO, mais aussi de toute l’histoire  de la télévision. La série qui aura rythmée les années 2010 est devenue l’équivalent télévisuel de ce que furent les Beatles, les Rolling Stones ou Madonna et ses codes, son univers et son langage  sont partout....

Aucun commentaire:

Publier un commentaire