RECHERCHER DANS CE BLOG

jeudi 25 juillet 2019

∆∆∆ Doit-on éduquer l’homme à bien agir ? | France culture 10/10/2018



La pédagogie morale d’Emmanuel Kant poursuit des objectifs : la formation du jugement moral, la formation à la vertu et la formation du caractère et de la personnalité. 
En quoi consiste l’éducation morale kantienne ? Et comment rendre l’homme réceptif à cette éducation ?

La nature n’est pas en mesure d’assurer le développement complet de l’homme, il faut alors l’éduquer. La pédagogie morale de Kant vise notamment à former la personnalité de l’homme qui, selon lui, « éveille le respect » et « nous met devant les yeux la sublimité de notre nature ».
Dans le langage du philosophe, « personnalité », « dignité » et « responsabilité » s’articulent ensemble, comme nous l’évoquerons aujourd’hui avec Antoine Grandjean.

L'invité du jour :

Antoine Grandjean, maître de conférences en philosophie allemande à l’Université Paris-Sorbonne

Tout ce que l’homme est, il doit d’abord le devenir

Kant insiste beaucoup sur le fait que tout ce que l’homme est, il doit d’abord le devenir...
Nous sommes au fond destinés à devenir libres, appelés à cette liberté, et nous ne pouvons le devenir que librement. À la fin de la « Critique de la raison pratique », Kant produit une théorie de la pédagogie morale qui est requise parce que toutes les analyses qui précèdent et établissent que nous sommes libres et conscients de l’être parce que nous sommes soumis à une loi morale supposent que nous acquerrions cette conscience de la loi et au fond, que nous puissions accéder à ce à quoi nous sommes destinés : cette liberté qui n’est jamais donnée d’emblée. Antoine Grandjean

Le devoir de véracité

Le devoir de véracité est une figure omniprésente dans les réflexions kantiennes. Pour Kant, transgresser ce devoir c’est la plus grande violation du devoir envers soi-même en même temps qu’une grave transgression du devoir envers autrui. Antoine Grandjean

La morale s'acquiert avec de la maturité

Dans la « Critique de la raison pratique », Kant explique qu’il ne faut pas parler de morale à des jeunes enfants. Sur ce point il est rousseauiste et contre tout un tas d’autres auteurs dont Locke tout particulièrement. Pour lui, il faut une certaine maturité, entrer en possession de sa raison, de sa propre liberté, pour que sa morale puisse faire sens, sinon ce qu’on produit n’est qu’un comportement mécanique, une intériorisation de contraintes, ce qui est tout le contraire de ce que doit viser une pédagogie morale… Antoine Grandjean

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire