Rechercher dans ce blog ? Entrez vos mots-clés !

mercredi 19 juin 2019

La photographie d’un scientifique danois illustre la fonte des glaces précoce au Groenland | Le Monde 13 juin 2019

Selon les calculs de l’équipe de chercheurs, plus de deux milliards de tonnes de glace auraient fondu durant la seule journée du 13 juin.


 Photographie prise par le scientifique danois Steffen Olsen,
le 13 juin dans le fjord d’Inglefield (Bredning),
au nord-ouest du Groenland.
La photographie n’est pas truquée, malheureusement. 
Un cliché pris le 13 juin par le scientifique danois, Steffen Olsen, révèle la gravité inhabituelle de la fonte printanière des glaces que subit actuellement le Groenland, du fait du réchauffement climatique.

Sur la photographie, un attelage de chiens semble marcher sur une eau d’un bleu azur quasi irréel, dans le fjord d’Inglefield (Bredning), au nord-ouest du Groenland. La banquise sur laquelle les animaux avancent est, en effet, recouverte d’une couche d’eau pouvant atteindre par endroits 40 à 50 centimètres de profondeur, selon Steffen Olsen, chercheur au Centre pour l’océan et les glaces de l’Institut météorologique danois. Une situation d’une ampleur inédite à cette époque de l’année – d’ordinaire, la fonte des glaces commence plus tard dans l’été.

Selon les calculs de l’équipe de chercheurs, plus de deux milliards de tonnes de glace auraient fondu durant la seule journée du 13 juin. « Les chasseurs et moi n’étions pas préparés à l’ampleur de la fonte », a expliqué le scientifique à France Info, qui explique cette fonte par des températures particulièrement élevées dans la région la semaine passée. La station météorologique DMI, située à proximité de l’aéroport de Qaanaaq, a ainsi enregistré un maximum de 17,3 °C mercredi dernier et 15 °C jeudi dernier, ce qui est anormalement élevé pour la région.

3 °C depuis cent ans

Sur Twitter, Steffen Olsen a souligné à quel point ce phénomène perturbe les populations locales. « Les communautés du Groenland ont besoin de la banquise pour se déplacer, pour chasser et pour pêcher », alerte-t-il.

Le Groenland enregistre un réchauffement de 3 °C depuis cent ans. La fonte des glaces y a été multipliée par quatre en dix ans, avec une moyenne de 280 milliards de tonnes de glace perdue chaque année entre 2002 et 2016, selon une étude publiée dans la revue Proceedings of the National Academy of Sciences (PNAS), le 22 janvier. L’ensemble de la calotte polaire est affecté, essentiellement en raison du réchauffement de l’air qui fait fondre la surface de l’inlandsis. « Le Groenland a atteint un point de basculement », prévient Michael Bevis, principal auteur de l’étude et professeur à l’université d’Etat de l’Ohio aux Etats-Unis.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire