RECHERCHER DANS CE BLOG

dimanche 19 mai 2019

THE DARK SIDE OF THE NET, par notre F Jean C 10 février 2013

“Grâce à la liberté des communications, des groupes d’homme de même nature pourront se réunir et fonder des communautés. Les nations seront dépassées »

Cette citation à caractère prophétique est de FRIEDRICH NIETZCHE (Fragments posthumes, XlIL—883- La volonté de puissance, IV, 76.
Il y a cent vingt ans que le philosophe s’exprimait ainsi. Comment cet homme dont les contemporains se déplaçaient à cheval et dont les lettres mettaient parfois plusieurs semaines à atteindre leur destinataire a-t-il deviné qu’unjour les hommes construiraient un réseau de communication si puissant qu’ils en viendraient a former des confréries sans frontières, à mettre en place INTERNET ?

Extraordinaire outil en apparence :

Il permet aux hommes et aux femmes de se contacter partout sur la planète, à toute heure du jour et de la nuit, pour autant que l’on dispose d’un minimum d’électricité.
IL permet de réserver des hôtels, des avions , de payer ses factures, de rencontrer la femme ou l’homme d’une nuit ou d’une vie.
Il permet même de communiquer au fisc sa déclaration d’impôt et de savoir au préalable qu’elle sera au final l’addition à payer

Très récemment, même des groupes de types bizarres qui se font appeler francs maçons, alors qu’ils ne sont pas toujours très francs et encore moins maçons s’y sont mis aussi pour y déployer des réflexions, des liturgies, des signes étranges associés à des musiques éthérées.

Ses développement récents sont extraordinaires: Parlons du CROWFUNDING, ou en français, du financement participatif Certains artistes musiciens qui ne parvenaient pas à s’imposer sur le marché très cloisonné des grandes compagnies ont lancé des souscriptions par internet et ont pu financer ainsi le lancement de leur premier CD et de leur carrière. Mieux même, des entreprises se créent sur le net pour lancer tel ou tel artiste, mais aussi maintenant pour assurer le financement d’entreprises.

C’est magnifique n’est-ce pas : quelques clics et voilà un puits qui est financé dans un désert africain ou une briquetterie, et bien d’autres choses utiles, quand ce n’est pas un agriculteur français tout heureux de recevoir au titre de don une quantité d’argent telle qu’il peut enfin s’acheter une machine automatisée pour fabriquer des yaourts ( 6 Millions d’Euros en 2011 en France). Plus besoin d’être riche pour devenir Président des États—Unis, n’est-ce pas Mr. Barak OBAMA, vous qui avez récolté ainsi 110 millions d’Euros pour financer votre réélection).

Oui, mais... . . . Il y a the dark side of the net :

Verra-t-on demain le riche peuple de Flandre investir de la sorte pour que vive Arcelor - Mittal ou la sidérurgie wallonne ?
Que dire des artistes lançant des souscriptions par internet et qui ne sortent pas leur CD ou leur spectacle ou des entreprises qui ne se créent pas et qui voient l’argent des investisseurs disparaître.
Que dire surtout de l’utilisation frauduleuse des données personnelles des internautes.
En France, 60 millions de cartes bancaires génèrent 450 milliards d’Euros de transactions par an.
Combien de ces cartes ne sont-elles pas piratées, soit directement au départ des PC des propriétaires de ces cartes, soit par skimming, recopiage des pistes électroniques sur d’autres supports.
Ceux qui le savent ne communiquent pas les chiffres tout en disant que le phénomène est inquiétant puisqu’en augmentation de 30 % sur la seule année 2012. Une seule bande bien organisée peut ainsi obtenir 3 millions d’Euros en quelques mois.
Imaginons une ville 100 fois, mille fois ou dix mille fois plus grande que Bruxelles. Personne dans les rues. Et la criminalité dépasse ce qu’elle serait si 10 millions de personnes y défilaient au même moment. Tout cela grâce au bénéfice de l’anonymat.

Plus besoins de violence, de contact physique même. Tout se fait de PC à PC ou en filmant votre code de carte de banque lorsque vous faites un retrait dans un distributeur.
Alors quoi, ne faudrait-il pas instaurer un permis de détention d’un PC comme l’on a instauré en son temps un permis pour les utilisateurs de voitures, de camions, de motos ?

Et puis en final, pourquoi toujours utiliser le progrès à mauvais escient ?

Sans doute pour que nous, les Maçons, puissions nous perfectionner en Loge, me direz-vous, VM ou comme dirait NIETZSCHE, pour en terminer là où j’avais commencé : « Il faut avoir un chaos en soi pour accoucher d’une étoile qui danse ».

JC, le 10 février 2013

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire