RECHERCHER DANS CE BLOG

jeudi 30 mai 2019

Les temps changent : ça va mal tourner ? avec Daniel Cohen, économiste et le réalisateur Eric Rochant | France culture 03/09/2018







Si l'effondrement de la civilisation industrielle a abouti à une société digitale, les questions de l'ancien monde émergent à nouveau. Pour en parler, Olivia Gesbert reçoit l'économiste Daniel Cohen et le réalisateur Eric Rochant.

Entre dictature des algorithmes et robotisation des esprits, le «nouveau monde» - produit de 50 ans de bouleversements sur tous les plans - pourrait mal tourner. Face à la mondialisation et aux diverses crises qu’on lui attribue, face aux bouleversements de la révolution numérique, une angoisse naît, diffuse et globale, dont le populisme serait l’expression.


Il n’y a que 5% des Français aujourd’hui qui souhaitent vivre dans l’avenir. (…) C’est la grande rupture avec les sixties où il y avait une impatience du futur.
(Daniel Cohen)

De crise en crise et de rupture en rupture, entre la révolution de la jeunesse et les oppositions idéologiques, on a ainsi assisté à la chute de la civilisation industrielle au profit d’une société numérique riche de nouveaux enjeux et porteuse de nouvelles peurs, mais aussi de nouvelles possibilités.

Il s’agit de comprendre où nous entraîne cette société postindustrielle (…) La société qui lui succède est une société de services où l’humain travaille l’humain lui-même.
(Daniel Cohen)

Avec l’économiste Daniel Cohen, directeur du département d’économie de l’ENS, qui publie un essai de réaction et de critique sociale : Il faut dire que les temps ont changé... chronique fiévreuse d’une mutation qui inquiète chez Albin Michel (2018).

On vit dans une société où le manque est interdit, tabou. On n’a le droit de manquer de rien, on a droit à tout. (Eric Rochant)

Également présent, Eric Rochant, réalisateur d’Un monde sans pitié (1989) ou de Möbius (2013) et concepteur du Bureau des Légendes qui s’apprête à rouvrir le mois prochain dans une quatrième saison très attendue. Sa filmographie ancrée dans le réel n’empêche pas d’imaginer l’avenir, évoquant tant les lendemains d’une révolution soixante-huitarde lourde de désillusions et de conséquences (Un monde sans pitié) que la réalité du Mossad (Les Patriotes, 1994).

Ce qui définit aujourd’hui le numérique, c’est une socialisation sur les réseaux sociaux, une socialisation "hors-corps".
(Eric Rochant)

Installing Samantha (her)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire