Art. 1: « Le Grand Orient de Belgique, obédience masculine, maillon de la franc-maçonnerie universelle, demande à celui qui se présente à l’Initiation d’être honnête homme et d’être capable de comprendre et de propager les principes maçonniques. Il exige de ses membres, la sincérité des convictions, le désir de s’instruire et le dévouement. Il forme une société d’hommes probes et libres qui, liés par des sentiments de liberté, d’égalité et de fraternité, travaillent individuellement et en commun au progrès social, et exercent ainsi la bienveillance dans le sens le plus étendu ».
« La pensée ne doit jamais se soumettre, ni à un dogme, ni à un parti, ni à une passion, ni à un intérêt, ni à une idée préconçue, ni à quoi que ce soit, si ce n'est aux faits eux-mêmes, parce que, pour elle, se soumettre, ce serait cesser d'être. » Henri Poincaré

Saisir des mots clefs à rechercher

samedi 25 mai 2019

∆∆∆ Alexis de Tocqueville : un notre monde est-il possible ? | 30/12/2014



Tocqueville selon Daumier
Tocqueville - De la démocratie en Amérique, chap VI, 4ème partie

Contrairement à une idée reçue tenace, le plus éloquent des démocrates n’est pas Jean-Jacques Rousseau, d’origine modeste et de tempérament égalitaire, pour qui en définitive « seul un peuple de dieux se gouvernerait démocratiquement », mais peut-être Alexis de Tocqueville, aristocrate de grande lignée, et dont la famille eut à payer un lourd tribut à la terreur révolutionnaire.

Tocqueville que, faute de le lire, des interprètes hâtifs ont longtemps tenu pour un contre-révolutionnaire antimoderne et un contempteur des droits de l’homme, Tocqueville, qui pourtant disait de lui-même qu’il était un « aristocrate de cœur, mais un démocrate de tête », Tocqueville donc, debout entre deux mondes, était de ceux qui préfèrent qu’on obéisse aux lois, avant d’obéir aux hommes, et qui, à tout prendre, craignent davantage le despotisme, que l’anarchie.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire