RECHERCHER DANS CE BLOG

lundi 15 avril 2019

L’Église catholique et la République, 1789-2018 | France culture 12/05/2018

Le discours du 9 avril dernier du Président de la République devant les évêques de France exige, pour être analysé, pondéré, et éventuellement contredit, la lumière de la longue durée, au moins sur deux siècles.

Carte postale de 1907
Il y a quelques semaines, le 9 avril dernier, le président de la République a prononcé un discours remarqué devant les évêques de France, dans le cadre prestigieux du Collège des Bernardins, à Paris. Au tout début de son propos, Emmanuel Macron a exprimé « le sentiment que le lien entre l’Église et l’État [s’était] abîmé » et il a affirmé : « Il nous importe, à vous comme à moi, de le réparer ». Il a déploré que « les politiques [aient] profondément méconnu les catholiques de France » et il a enfin dénoncé le risque, « d’une religion d’État substituant à la transcendance divine un credo républicain ». 

Chacun a senti aussitôt que de tels propos, dans la bouche du chef de l’État, exigeaient, pour être analysés, pondérés, et éventuellement contredits, la lumière de la longue durée, au moins sur deux siècles.

Quand, et du fait de qui le lien dont il s’agit se serait-il dégradé ?

Peut-on parler « des catholiques » comme d’une catégorie de citoyens français définis par leur seule religion sans poser la question de leur définition précise et sans créer le risque de servir un esprit de communautarisme ?

Peut-on évoquer la laïcité comme une tentative de religion d’État sans méconnaître qu’au moins depuis la grande loi de Séparation des Églises et de l’État, en 1905, elle ne s’est pas posée comme une concurrente des religions mais comme la double assurance d’en protéger la libre expression et de ne jamais les laisser empiéter sur le pouvoir temporel ?

Voilà bien des questions primordiales dont nous allons traiter ce matin, en termes historiques, avec Philippe Boutry, professeur à l’université de Paris-I Sorbonne, dont il a été le président, et qui est un spécialiste éminent de ce sujet dans le long terme.  Jean-Noël Jeanneney

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire