RECHERCHER DANS CE BLOG

vendredi 29 mars 2019

Qu'est-ce que le populisme ? L’ombre noire des dysfonctionnements démocratiques ou l'exacerbation du droit du pouvoir majoritaire | France culture Pierre Rosanvallon



Les démocraties occidentales semblent traversées par un mouvement de rejet des élites et des institutions politiques. Mais ce "populisme" est-il un phénomène univoque ? Le terme-même de "populisme" souvent employé, est-il satisfaisant pour comprendre l'ensemble des phénomènes auxquels on l'associe ?

Populisme, le mot incarne à lui seul l’angoisse démocratique du moment : Trump, Le Pen, Erdogan, Orban - la liste n’est pas exhaustive - nous sommes cernés par les populistes et la démocratie n’a jamais semblé si attaquée.

Revendiqué par certains comme un étendard de leur défense du véritable peuple dont la souveraineté serait confisquée par une élite corrompue et détachée des réalités, le terme de populisme est également un anathème visant à disqualifier les tenants d’une rupture avec le système politique et économique actuel.

C’est donc peu dire que le concept pose plus de questions qu’il ne fournit de réponses. On peut même mettre en doute son efficacité à appréhender la singularité de notre époque, alors que des personnalités de tous bords sont placées dans le même sac : qu’y-a-t-il de commun entre Jean-Luc Mélenchon, Marine Le Pen, Emmanuel Macron ou Barack Obama qui sont qualifiés de populistes ou se revendiquent comme tels ?

Au-delà de sa définition, l’enjeu du populisme pose des questions démocratiques essentielles : celle de la définition d’un peuple un alors que celui-ci est en réalité un agrégat d’individus et de groupes aux intérêts divergents ou parfois antagonistes.

Celle de la crise que les démocraties contemporaines traversent aujourd’hui, et qui pose la question de la modernité du populisme, phénomène dont on trouve des traces dès la Grèce antique, mais dont on entrevoit également la dimension très contemporaine.

Le populisme est une forme de réponse - que l'on peut juger mauvaise - aux dysfonctionnements de la démocratie. Pierre Rosanvallon

Celle enfin des réponses que les défenseurs de la démocratie peuvent mettre en œuvre pour contrer un type de populisme qui conduirait un leader à évincer la démocratie au nom de la volonté populaire, comme c’est le cas en Turquie aujourd’hui, voire en Hongrie.

Comment définir le populisme ? En quoi celui-ci est-il le reflet d’une crise démocratique ? Et surtout, comment lutter contre cette maladie auto-immune de nos sociétés ?

Ce sont les questions essentielles, complexes et surtout ambivalentes, que nous posons à notre invité Pierre Rosanvallon dans cet Atelier du pouvoir consacré au concept de populisme.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire