RECHERCHER DANS CE BLOG

samedi 2 février 2019

Le Discours de la méthode de René Descartes : Je pense donc je suis ? France culture



"Je pense donc je suis" est peut-être la formule la plus célèbre de l'histoire de la philosophie française. Mais que signifie-t-elle vraiment ? La pensée suffit-elle à démontrer l'existence ? L'intelligence artificielle dément-elle cette affirmation de René Descartes ?

Je pense donc je suis ? Dessin de David Ha
Je pense donc je suis... Et si rien n'était moins sûr ? Alors on donnerait encore raison à Descartes, car douter, n'est-ce pas aussi prouver qu'on existe ?

L'invité du jour :
Jean-Luc Marion, philosophe, professeur à l'Université de Chicago, professeur émérite de l’Université Paris-Sorbonne, de membre de l’Academie française, spécialiste de Descartes

Dieu est-il mathématicien quand il crée le monde ?

Métaphysique est un mot étrange chez Descartes. Jusqu’en 1637, il ne l'a pas souvent employé.. En fait, il ne l’a employé véritablement qu'une seule fois sept ans auparavant dans la lettre à son ami le Père Mersenne qui lui pose une question qu’il considère comme métaphysique : Dieu, lorsqu’il pense et crée le monde, obéit-il aux règles et théorèmes de la métaphysique ? Dieu est-il, comme le disait Galilée à l’époque, mathématicien quand il crée le monde ?    
Descartes répond par une thèse originale : Dieu est totalement indifférent aux contraintes de la rationalité mathématique, il a créé même les vérités éternelles, c’est de la logique et celle des mathématiques. Descartes est mathématicien, l’un des essais de la Méthode qui paraissent avec le Discours de la méthode comme préface en 1637 est justement la géométrie ; Descartes était sans aucun doute le meilleur géomètre et mathématicien de sa génération et pouvait parler de ces sujets en tout état de cause. 
Descartes pense contre les autres mathématiciens de son époque que l’entendement divin n’est pas conforme à ce qu’il y a de plus haut et de plus théorique à priori pour nous, à savoir les vérités mathématiques. Si 2 + 2 = 4, c’est parce que Dieu l’a décidé…
Jean-Luc Marion

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire