RECHERCHER DANS CE SITE

vendredi 26 octobre 2018

Heidegger, psychiatre malgré lui ? | France culture



Martin Heidegger en 1960 par Paul Swiridoff


Qu'est-ce que la Daseinsanalyse, concept pensé par Heidegger en 1927 dans son livre "Être et Temps"

Qu'est-ce que la phénoménologie, développée par Husserl puis par Heidegger, apporte à la psychiatrie ? 

Doit-on et peut-on l'appliquer à des cas pratiques ?

L'invité du jour :

Camille Abettan, philosophe à l’unité de recherche du Centre de Recherches Interdisciplinaires en Sciences Humaines et Sociales (CRISES) et psychiatre au service urgence et post-urgence psychiatrique du CHU de Montpellier
Auteur de Phénoménologie et psychiatrie : Heidegger, Binswanger, Maldiney aux éditions Vrin (2018) et responsable et traducteur de l’édition de Phénoménologie, psychologie, psychiatrie de Ludwig Binswanger aux éditions Vrin (2016).

Rencontre entre la philosophie phénoménologique et la psychiatrie

La rencontre entre la philosophie phénoménologique et la psychiatrie procède des psychiatres. Ce n’est pas étonnant de se dire que la philosophie s’intéresse à tout, comme le dit Georges Canguilhem c’est une discipline pour laquelle toute matière étrangère est bonne et toute bonne matière est étrangère. Mais au départ ce sont des psychiatres qui ont découvert les œuvres de Husserl puis de Heidegger et ils se sont dit qu’il y avait là quelque chose d’intéressant pour la psychiatrie...   
Camille Abettan

Binswanger, Karl Jaspers, et l'intérêt pour la phénoménologie

Chez les psychiatres qui se sont intéressés à la phénoménologie, on cite souvent Binswanger parce que c’est la figure tutélaire de ce rapprochement et l’un de ceux qui a le plus œuvré à cela, mais il y en a eu beaucoup d’autres, un des premiers était Karl Jaspers qui au tout début du 20ème siècle a amené l’idée que la phénoménologie était intéressante parce qu’à l’époque, la psychiatrie était indexée sur un modèle ultra médical et au fond les psychiatres considéraient que les sciences humaines n’avaient aucun intérêt pour la psychiatrie. Jaspers a été l’un des premiers à défendre l’idée que s’intéresser aux sciences humaines pouvait être intéressant aussi pour la psychitrie.     
Pourquoi la phénoménologie ? Parce que l’idée de base chez Binswanger était que ce à quoi avait affaire la psychiatrie c’était le vécu, le psychisme, pour être un bon psychiatre il fallait essayer de comprendre ou accéder à l’expérience vécue par les malades. Il lui paraissait que la philosophie de Husserl avait cette ambition-là et qu’elle permettait de se rapprocher du vécu, mieux comprendre ce que vivaient les malades. Il s’est donc tourné vers la phénoménologie de Husserl. 
Camille Abettan

Textes lus par Vincent Schmitt :

Qu'est-ce que le Dasein ? Extrait de Être et Temps de Heidegger, 1927, éditions Gallimard
Medard Boss remercie Heidegger pour sa contribution à la psychiatrie, extrait de Lettre d'amitié à Heidegger pour son 80ème anniversaire, de Medard Boss, 1969

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire